PAROISSE ORTHODOXE DE CAPESTANG (HERAULT)

PAROISSE ORTHODOXE DE CAPESTANG (HERAULT)

PRIERES

 

 

 

 

 

 

 

LA PRIERE.jpg

Quiconque veut être toujours uni à Dieu doit prier souvent et lire la Bible journellement. 

Dans la prière, c'est nous qui parlons à Dieu, mais dans les lectures, c'est Dieu qui  nous parle.

St Isidore

 

 CROIX2.jpg

                                                                            

SIGNE_DE_CROIX.jpg

Le signe de croix  ("Placer la croix sur soi")

 

Les Chrétiens orthodoxes, avant de se signer, resserrent le pouce, l’index et le majeur (représentation,et reconnaissance  de La Très Sainte Trinité), et replient l’annulaire et l’auriculaire dans la paume pour signifier la double nature du Christ (vrai Dieu et vrai homme.


Nous touchons notre front 1, puis notre ventre 2, c'est le tracé de la partie verticale de la Croix. 

De notre ventre, nous amenons notre main à hauteur de notre épaule droite 3, en la touchant. 

Nous finissons de placer la Croix sur nous en touchant notre épaule gauche 4.

                                           

signe-de-croix.jpg

 

 

CHAPELET

 

               

LES CHAPELETS ORTHODOXES

 

Quelle signification à la chaîne de corde?

Cette corde à nœuds est un héritage, une bénédiction que nous ont laissé nos saints Pères, ce qui en donne une grande valeur.

Ce que nous ont laissé  nos  grands parents est chose banale, on peut gardé ces choses  comme des talismans reçu en héritage. 

Mais plus précieuse est  la chaîne de corde, que nous ont légué nos saints Pères! ...  Dans le passé, il n'y avait pas d'horloges, les moines égrainaient la chaîne en faisant des  prosternations et des prières, mais les nœuds de la corde étaient simples.

Un ermite qui pratiquait l' ascèse, faisait de très nombreuses  prières et prosternations pendant de très longues heures.

Si bien que ce pauvre ermite a été troublé par  le démon pendant plusieurs jours, qui lui dénouait les nœuds de la cordes lors de ses prosternations dans le but de l'épuiser et le décourager. Le pauvre ermite ,  ne pouvait plus  compter. Alors un ange du Seigneur lui apparut et lui a appris à réaliser les nœuds de sorte que chacun d'eux  forme un croix . Alors le diable frémit de crainte, quand il vit les Croix, Il ne pu les défaire. Ainsi, chaque nœud de la corde est constitué de neuf croix, symbolisant les neuf ordres angéliques.

Le chapelet le plus utilisé dans le monde orthodoxe est actuellement le chapelet de laine. Il est constitué de nœuds de laine séparés par des perles de couleur. Il est généralement noir et se termine souvent par une croix grecque faite, elle aussi de laine. On l'appelle Tchotki en russe et Komboskini en grec.

 

Il existe diverses sortes de chapelets de laine:
 
 
* Le chapelet à 33 nœuds appelé aussi chapelet palestinien.
 
* le chapelet à 50 nœuds, à 100 nœuds, à 300nœuds... Il existe même des chapelets à 600 nœuds! 


251488_168976933164349_6508718_n.jpg

 

Seigneur Jésus Christ,

Fils de Dieu,

Aie pitié de moi, pécheur.

 

ou bien

 

Très Sainte Mère de Dieu,

sauve-nous.

 prieres.gif

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

PRIÈRES DU LEVER

 

A effectuer avant toute chose devant son oratoire domestique.

 

Prière du lever :

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit

 

Gloire à Toi notre Dieu, gloire à Toi.

 

Roi du ciel, Consolateur, Esprit de Vérité, Toi qui est partout présent et qui remplit tout, trésor des biens et donateur de vie, viens et demeure en nous, purifie-nous de toute souillure et sauve nos âmes, Toi qui est bonté. (ne se dit pas de Pâques à Pentecôte)

 

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous ! (3x)

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit ; maintenant et toujours et aux siècles des siècles, Amin.

 

Très Sainte Trinité, aie pitié de nous

Seigneur, remets nos péchés 

Maître, pardonne nos iniquités

Saint visite-nous et guéris nos infirmités

à cause de ton nom 

 

Kyrie eleison, Kyrie eleison, Kyrie eleison !

 

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit ; maintenant et toujours et aux siècles des siècles, Amin

 

Notre Père qui es aux cieux, que Ton Nom soit sanctifié, que Ton règne arrive, que Ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel, donne-nous aujourd’hui notre pain suressentiel, remets-nous nos dettes, comme nous remettons à nos débiteurs, et ne nous soumets pas à l’épreuve, mais délivre-nous du Malin. Amin. 

Relevés du sommeil, nous nous prosternons devant Toi, ô très Bon, élevant vers Toi l’Hymne Angélique, ô tout Puissant : Saint, Saint, Saint es-tu, ô Dieu, par les prières de la Mère de Dieu, aie pitié de nous.

 

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit,

 

De ma couche et du sommeil, Tu m’as relevé. Seigneur. Illumine mon esprit et mon cœur, ouvre mes lèvres pour que je Te chante, ô Sainte Trinité : Saint, Saint, Saint es-tu, ô Dieu : par les prières de la Mère de Dieu, aie pitié de nous.

 

maintenant et toujours, et aux siècles des siècles, Amin.

 

Le Juge viendra soudain, et les œuvres de chacun seront dévoilés. Ecrions-nous donc avec crainte au milieu de la nuit : Saint, Saint, Saint es-tu, ô Dieu ; par les prières de la Mère de Dieu, aie pitié de nous.

 

Kyrie eleison (12 x)

 

Psaume 50 :

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, selon Ta grande miséricorde, et dans Ton immense compassion, efface mon péché. Lave-moi de plus en plus de mon iniquité, et de mon péché, purifie-moi. Car je connais mon iniquité, et mon péché est constamment devant moi. Contre Toi seul, j’ai péché, et j’ai fait le mal sous tes yeux. Ainsi Tu seras trouvé juste en Tes paroles, et Tu seras vainqueur quand on Te jugera. Vois : dans l’iniquité, j’ai été conçu, et j’étais dans le péché quand ma mère m’a enfanté. Mais Tu aimes la vérité : Tu m’as révélé les mystères et les secrets de la sagesse. Tu m’aspergeras avec l’hysope et je serai purifié, Tu me laveras et je deviendrai plus blanc que la neige. Tu me feras entendre des paroles de joie et d’allégresse, et ils exulteront, les os humiliés. Détourne Ta face de mes péchés, efface toutes mes iniquités.

Crée en moi un cœur pur, ô Dieu. et renouvelle en ma poitrine un esprit droit. Ne me rejette pas loin de Ta face, et ne retire pas de moi Ton Esprit Saint. Rend-moi la joie de Ton salut, et fortifie-moi par l’Esprit Souverain. J’enseignerai Tes voies aux pécheurs et les impies reviendront vers Toi. Délivre-moi du sang, ô Dieu, Dieu de mon salut, et ma langue exultera pour Ta justice. Seigneur, ouvre mes lèvres et ma bouche annoncera Ta louange. Si Tu avais voulu un sacrifice, je Te l’aurais offert, mais Tu ne prends aucun plaisir aux holocaustes. Le sacrifice qui convient à Dieu, c’est un esprit brisé, un cœur broyé et humilié, Dieu ne le méprise point. Accorde Tes bienfaits à Sion dans Ta bienveillance, Seigneur, et que soient relevés les murs de Jérusalem. Alors Tu prendras plaisir au sacrifice de justice, à l’oblation et aux holocaustes, alors on offrira de jeunes taureaux sur Ton Autel.

 

 

Le Symbole de la Foi :

 

Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre, et de tout ce qui est visible et invisible.

Et en un seul Seigneur, Jésus Christ, Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles, Lumière de Lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel au Père, par Qui tout a été fait. Qui, pour nous hommes et pour notre salut, est descendu des Cieux, S’est incarné du Saint-Esprit et de Marie la Vierge et S’est fait homme. Il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate, a souffert et a été enseveli et Il est ressuscité le troisième jour selon les Ecritures. Et Il est monté au Ciel et siège à la droite du Père et Il reviendra en gloire juger les vivants et les morts, Son règne n’aura point de fin.

Et en l’Esprit Saint, Seigneur, Créateur de la Vie, Qui procède du Père, Qui est adoré et glorifié avec le Père et le Fils, Qui a parlé par les Prophètes.

Et en l’Eglise, Une, Sainte, Catholique et Apostolique.

Je confesse un seul Baptême en rémission des péchés. J’attends la Résurrection des morts et la Vie du Siècle à venir. Amin.

 

Prière de Saint Macaire :

 

Mon Dieu, purifie-moi pécheur, qui n’ai jamais fait le bien devant Toi, délivre-moi du mal et que s’accomplisse en moi Ta volonté, afin que sans encourir de condamnation, j’ouvre mes lèvres indignes pour célébrer Ton Saint Nom : Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles, Amin.

 

Deuxième prière du même Saint :

 

A mon réveil, ô mon Sauveur, je T’offre ce cantique de minuit, et je m’écrie en me prosternant : ne me laisse pas m’endormir dans la mort du péché, mais sois-moi miséricordieux, Toi qui as été crucifié volontairement, hâte-Toi de m’arracher à la torpeur et sauve celui qui se tient en Ta présence et qui T’implore, après les ténèbres de la nuit, fais luire sur moi un jour sans péché. ô Christ Dieu et sauve-moi.

 

Troisième prière du même Saint :

 

Maître qui aimes les hommes, je recours à Toi en m’éveillant pour commencer la tâche que Ta grâce m’a départie : assiste-moi en toute chose et préserve-moi de toute séduction mondaine comme de toute influence du démon. Sauve-moi et introduis-moi dans Ton Royaume éternel, car Tu es mon Créateur, la source et le dispensateur de tout bien, en Toi repose toute mon espérance et je Te rends gloire, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles, Amin.

 

Quatrième prière du même Saint :

 

Seigneur, Ta bonté infinie a voulu que Ton Serviteur traversât la durée de la nuit sans péril ni atteinte aucune de l’Esprit Malin. Toi-même, Maître, Créateur de toute chose, rends-moi digne de la lumière de vérité, et que d’un cœur éclairé, j’accomplisse Ta volonté, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amin.

 

La prière des Starets d’Optino :

 

Seigneur, accorde-moi d’accueillir dans la paix de l’âme, tout ce que m’apportera le jour qui vient. Accorde-moi de m’abandonner entièrement à Ta Sainte Volonté. A chaque heure de ce jour, instruis-moi et soutiens-moi. Quelles que soient les nouvelles que j’apprendrai au cours de la journée, enseigne-moi à les recevoir avec une âme paisible et la ferme assurance que sur toute chose règne Ta Sainte Volonté.

 

Dirige mes pensées et mes sentiments dans toutes mes paroles et dans chacun de mes actes. Accorde-moi de ne jamais oublier que chaque événement inattendu nous vient de Toi. Apprends-moi à agir avec chaque membre de ma famille avec droiture et sagesse, sans jamais troubler ni peiner personne.

 

Seigneur, accorde-moi la force de supporter la fatigue du jour qui vient et d’accepter toute chose qui m’attends durant la journée. Dirige ma volonté, et apprends-moi à prier, à croire, à espérer et à acquérir la patience.

 

Apprends-moi à pardonner et à aimer. Amin

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

PRIÈRES DU COUCHER

 

Au Nom du Père, du Fils, et du Saint Esprit, Amin.

 

O Dieu, aie pitié de moi pécheur.

 

Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, par les prières de Ta très Sainte Mère et de tous les Saints, aie pitié de nous. Amin.

 

Roi du ciel, Consolateur, Esprit de Vérité, Toi qui est partout présent et qui remplit tout, trésor des biens et donateur de vie, viens et demeure en nous, purifie-nous de toute souillure et sauve nos âmes, Toi qui est bonté. (ne se dit pas de Pâques à Pentecôte)

 

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous ! (3x)

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit ; maintenant et toujours et aux siècles des siècles, Amin.

 

Très Sainte Trinité, aie pitié de nous

Seigneur, remets nos péchés 

Maître, pardonne nos iniquités

Saint visite-nous et guéris nos infirmités

à cause de ton nom 

 

Kyrie eleison, Kyrie eleison, Kyrie eleison !

 

Gloire au Père, et au Fils, et au saint Esprit ; maintenant et toujours et aux siècles des siècles, Amin

 

Notre Père qui es aux cieux, que Ton Nom soit sanctifié. que Ton règne arrive, que Ta volonté soit faite, sur la terre comme aux cieux, donne-nous aujourd’hui notre pain suressentiel, remets-nous nos dettes, comme nous remettons à nos débiteurs, et ne nous soumets pas à l’épreuve, mais délivre-nous du Malin. Amin.

 

Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car n’ayant aucune excuse à Te présenter, pécheurs que nous sommes, nous T’offrons, comme à notre Souverain Maître cette prière : aie pitié de nous.

 

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit…

 

Seigneur, aie pitié de nous, car nous avons confiance en Toi ; ne T’irrite pas contre nous et ne Te souviens pas de nos iniquités, mais dans Ta tendresse jette dès maintenant les yeux sur nous et délivre-nous de nos ennemis, car c’est Toi Qui es notre Dieu et nous sommes Ton peuple, tous nous sommes l’œuvre de Tes mains et nous invoquons Ton Nom….

 

maintenant et toujours et aux siècles des siècles, Amin.

 

Ouvre-nous la porte de Ta miséricorde, Mère bénie de Dieu, afin qu’espérant en Toi nous ne nous égarions point mais que par Toi nous soyons délivrés des malheurs, car Tu es le salut du peuple chrétien.

 

Kyrie eleison (12 x)

 

Seigneur notre Dieu, ce en quoi j’ai péché en ce jour, en paroles, en action ou en pensée, pardonne-le moi, Toi qui es bon et ami des hommes. Accorde-moi un sommeil paisible et calme : envoie-moi Ton Ange gardien pour me protéger et me conserver à l’abri de tout mal , car Tu es le gardien de nos âmes et de nos corps, et nous Te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles, Amin.

Mon saint Ange gardien, comme tu as reçu de Dieu le pouvoir de garder mon âme, ne cesse pas de la couvrir à jamais de l’ombre de tes ailes.

O notre Dieu, en qui nous croyons et dont nous invoquons le Nom plutôt qu’aucun autre, accorde, à nous qui approchons du sommeil, le repos du corps et de l’âme. Protège-nous de toute pensée et de toute puissance des ténèbres. Arrête les élans des passions, éteins l’incendie des désirs corporels, accorde-nous de vivre nos actes et nos paroles avec sagesse et, qu’accomplissant une vie de perfection, nous ne perdions pas les biens promis, car Tu es béni dans les siècles, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles, Amin

 

Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, à cause de Ta très pure Mère et de Tes Anges incorporels, du Prophète Précurseur et Baptiste Jean, des Prophètes Elie et Elisée, des bienveillants Apôtres, des lumineux et victorieux Martyrs, de nos Pères victorieux et Théophores et des prières de tous les Saints délivre-moi de l’entourage présent du Démon.Oui mon Seigneur et Créateur, Qui ne veux pas la mort du pécheur, mais qu’il se convertisse et qu’il vive, accorde à moi aussi, misérable et indigne, la conversion. Retire-moi de la gueule du serpent mortel, qui veut m’avaler et m’emmener vivant en enfer. Oui, mon Seigneur, ma consolation, Qui à cause de moi misérable as revêtu la chair corruptible, arrache-moi à la misère et accorde la consolation à mon âme misérable, implante en mon cœur d’accomplir Ta volonté, d’abandonner les actions mauvaises et de recevoir Tes béatitudes, car en Toi, Seigneur, j’ai espéré. Sauve-moi.

Par les prières de nos Pères Saints, Seigneur Jésus Christ notre Dieu, aie pitié de nous. Amin.

 

 

 ikonannonc.jpg

 

 

SALUT, MÈRE DE DIEU

 

Salut, Mère de Dieu et Vierge,

Marie pleine de grâce.

Le Seigneur est avec Toi,

Tu es bénie entre toutes les femmes,

le Fruit de Tes entrailles est béni,

car Tu as enfanté le Sauveur de nos âmes

+++

Toi plus vénérable que les Chérubins et incomparablement plus glorieuse que les Séraphins,qui sans tache, enfantas Dieu le Verbe, Toi véritablement la Mère de Dieu, nous T’exaltons.

 

"AXION ESTIN" par le Saint Archange Gabriel (1)

A quelques distances de Karyès, la capitale du Mont Athos, en direction du Monastère de Pantocrator, vivait un Hiéromoine vertueux et son jeune disciple. Un samedi soir, l'ancien partit pour assister à la Vigile célébrée, comme chaque semaine, à l'église du Protaton, laissant seul son disciple.

Le soir venu, un moine inconnu frappa à la porte et le disciple l'accueillit pour la nuit. Ils se retrouvèrent à l'aurore, pour chanter l'Office de l'Orthros dans la chapelle. Mais lorsqu'ils parvinrent à la neuvième ode, alors que le disciple entonnait l'hymne "Plus vénérable que les Chérubins"(2)devant l'icône de la Mère de Dieu, l'étranger la fit précéder des paroles suivantes : « Il est vraiment digne de Te proclamer, Mère de Dieu, toujours bienheureuse et Tout-Immaculée, et Mère de notre Dieu...». Surpris d'entendre ce chant pour la première fois, le disciple demanda à son hôte de l'écrire, et comme ils ne trouvaient pas de papier, le moine grava profondément et sans peine, de son doigt, l'hymne sur une plaque de pierre. Il ajouta : « Qu'à partir de ce jour, tous les Orthodoxes chantent ainsi l'hymne à la Mère de Dieu. » Et il disparut. Entendant à son retour le récit de cette apparition et voyant la plaque gravée, l'ancien comprit que le moine étranger n'était autre que l'Archange Gabriel, et alla faire part du miracle au Prôtos de la Sainte Montagne et aux Anciens. Ceux-ci envoyèrent la plaque au Patriarche et à l'Empereur, afin que l'hymne soit diffusée dans tout le Monde Orthodoxe, et ils transférèrent l'Icône, devant laquelle avait eu lieu le miracle, dans l'église du Protaton, où elle siège depuis lors, derrière l'Autel, comme Souveraine, Higoumène et Protectrice de la Sainte Montagne. Cette icône de l'"Axion estin" est, avec la Portaïtissa (cf. 13 mai), la plus célèbre des icônes miraculeuses du "Jardin de la Mère de Dieu"(3). Elle n'en est sortie qu'à trois reprises, pour être vénérée par le peuple (1963, 1985 et 1987), et reçut alors les honneurs dus à un chef dEtat. Le lundi de Pâques, elle est portée en procession solennelle dans Karyès et ses environs, afin de sanctifier la nature et de protéger les habitants de tout mal et calamité.

1). Ce miracle eut lieu, selon la Tradition, en 982. Son récit en fut rédigé en 1548, par le Prôtos Séraphim, père spirituel de St. Denys de l'Olympe (cf. 23 janv.).
2). Hirmos de la 9e ode du canon du Vendredi Saint, composé par St. Cosmas le Mélode et chanté chaque jour avec l'Ode de la Mère de Dieu (Magnificat).
3). Presque tous les Monastères de l'Athos possèdent une ou plusieurs icônes miraculeuses de la Mère de Dieu : la Portaïtissa à Iviron, l'Oikonomissa à Lavra, la Bimatarissa à Vatopédi, la Trichéroussa à Chilandar, l'Icône de l'Acathiste à Dionysiou, la Gorgoypikoos à Docheiariou, la Glykophiloussa à Philothéou etc..

 

 PRIERES DES REPAS

 

 

                                  DECORREPAS.jpg

 

  A MIDI

 

Avant le repas :

 

Les regards de toutes les créatures se lèvent vers Toi, Seigneur, Tu leur accordes la nourriture en temps opportun ;Tu ouvres ta main généreuse et Tu combles tout ce qui vit des dons de ta sollicitude.

 

Notre Père qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctifié, que ton Règne arrive, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre Pain suressentiel, et remets-nous nos dettes, comme nous remettons à nos débiteurs, et ne nous soumets pas à l’épreuve, mais délivre-nous du Malin. Amin.

 

Gloire … Maintenant …

 

Kyrie eleison (3 x).

 

En présence d'un Prêtre, on dit : Père, bénis.

 

Le Prêtre : ou bien en l’absence du Prêtre et uniquement dans le cadre familial, le Chef de Famille dit la prière et bénit avec les trois doigts (pouce, index et majeur joints) comme pour le signe de croix sur soi mais à l’envers pour la barre horizontale, c’est-à-dire de sa gauche à sa droite :

 

Christ Dieu, bénis la nourriture et la boisson de Tes serviteurs, car Tu es Saint, en tout temps, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amin.

 

Après le repas :

 

Nous Te rendons grâces, Christ notre Dieu, de nous avoir rassasié de Tes biens terrestres. Ne nous prive pas non plus de Ton Royaume céleste, mais de même que Tu es venu au milieu de Tes disciples, ô Sauveur en leur donnant la paix, viens aussi parmi nous et sauve-nous.

 

Gloire …

 

Dieu de nos Pères, Toi qui agis toujours envers nous selon Ta bonté, n’éloigne pas de nous Ta pitié, mais par leurs prières, gouverne notre vie dans la paix.

 

Maintenant…

 

Par les prières de tous les Saints et de la Mère de Dieu, Seigneur donne-nous ta paix et prends pitié de nous, car Toi seul es Bon.

 

Kyrie eleison (3 x).

Avec un Prêtre : Père, bénis.

 

Le Prêtre : ou bien en l’absence du Prêtre et uniquement dans le cadre familial, le Chef de Famille dit la prière et bénit avec les trois doigts (pouce, index et majeur joints) comme pour le signe de croix sur soi mais à l’envers pour la barre horizontale, c’est-à-dire de sa gauche à sa droite :

 

Béni soit notre Dieu qui nous fait miséricorde et nous rassasie de Ses riches bienfaits, par Sa grâce et son amour des hommes, en tout temps, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amin

 

PRIÈRE DU VOYAGEUR

 

Tu es ô Christ, la voie et la vérité, envoie en ce jour Ton Ange pour accompagner Tes serviteurs ; qu’Il les préserve de toute atteinte et les conserve saufs pour la gloire de Ton Nom ; de même qu’autrefois un Ange accompagna Tobie, accorde-leur cette grâce dans Ta miséricorde, par l’intercession de la bienheureuse Vierge Marie.

Seigneur, Qui T’est joint à Luc et à Cléophas sur le chemin d’Emmaüs, accompagne Tes serviteurs qui s’apprêtent à voyager ; délivre les de tout accident car, Seigneur miséricordieux, Ta puissance est infinie et n’a d’autre borne que Ta Sainte Volonté.

 

 

       Prière avant la Sainte Communion

 

                                                    1185405_610380495689597_1945024178_n.jpg  

 

Le Seigneur Jésus dit : “Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle …"

                                           Evangile selon Saint Jean 6 : 54      

                                         

Je crois et je confesse, Seigneur, que Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, venu en ce monde sauver les pécheurs dont je suis le premier.

Je crois que Ceci est Ton Corps très Saint et très pur, et que Ceci est Ton Sang vénérable et précieux.

Accepte-moi à Ta Cène mystique comme un convive, ô Fils de Dieu, car je ne dévoilerai pas Tes Mystères à Tes ennemis et je ne Te donnerai pas un baiser comme Judas, mais comme le larron, je Te confesse : souviens-Toi de moi, Seigneur, dans Ton Royaume.

Que la réception de Tes Saints Mystères, Seigneur ne tournent point à mon jugement et à ma condamnation mais à la guérison de mon âme et de mon corps.

 

(Facultatif) Prière avant de prendre la Sainte Eucharistie

 

Porte et verrous de mon cœur, ouvrez-vous, afin que le Christ,

le Roi de gloire puisse entrer.

Entre, Ô ma Lumière, et illumine mes ténèbres.

Entre, Ô ma Vie, et ressuscite-moi.

Entre, Ô mon Médecin, et guéris mes plaies.

Entre Ô feu Divin, et consume les épines de mes péchés.

Enflamme mon cœur et mes entrailles de la flamme de Ton Amour.

Entre, Ô mon Roi, et anéantis le règne du péché en moi.

Siège sur le trône de mon cœur et Toi seul en moi, mon Seigneur et mon Roi!

                                                                                     

                                                                         (Prière de l'Hygoumène Nazaire 1735-1809)

 

 

Prière de saint Éphrem le Syrien

 

Parmi toutes les hymnes et prières de Carême se trouve une courte prière que l’on peut appeler la prière du Carême. La tradition l’attribue à l’un des grands maîtres de la vie spirituelle, saint Éphrem le Syrien (+373).:

 

Seigneur et Maître de ma vie,
l’esprit d’oisiveté, de découragement,
de domination et de vaines paroles,
éloigne de moi.
L’esprit d’intégrité, d’humilité,
de patience et de charité,
accorde à ton serviteur.
Oui, Seigneur et Roi,
donne-moi de voir mes fautes
et de ne pas juger mon frère,
car tu béni aux siècles des siècles. Amen.

 

Cette prière est lue deux fois à la fin de chaque office du Carême, du lundi au vendredi (on ne la dit pas le samedi et le dimanche, car les offices de ces deux jours ne suivent pas l’ordonnance du Carême). On la dit une première fois en faisant une métanie (prosternation) après chaque demande. Puis on s’incline douze fois en disant : " Ô Dieu, purifie-moi, pécheur ! " Enfin on répète toute la prière avec une dernière prosternation à la fin.

                               Vinjetaiscelenje.gif

PRIÈRE POUR LES DÉFUNTS EN-DEHORS DE L’EGLISE

 

 

Le Starets Joseph d'Optino, interrogé un jour sur la manière dont on pouvait prier pour les hétérodoxes, suggéra d'employer la prière qu'avait composée le Saint Starets Léonide pour ceux qui se sont suicidés :

 

O Dieu très miséricordieux, aie pitié, s’il est possible, de l’âme de ceux qui ont rejoint la vie éternelle en dehors de l’Eglise Orthodoxe et, en particulier de (…). Grande est Ta miséricorde, insondable sont Tes jugements. Ne considère pas cette prière comme un péché, mais que Ta Sainte Volonté soit faite.

 


kandila_01.gif

 

ACATHISTE A NOTRE PERE PARMI LES SAINTS

PATRICK ILLUMINATEUR DE L’IRLANDE

 
                                          04b-st-patrick.jpg

 


Kondakion 1
Au quatrième siècle de l’ère chrétienne* Tu naquis le seize des calendes d’Avril* D’un père diacre et fils d’un prêtre du Christ* Et d’une mère parente de Saint Martin* Illustre apôtre de la terre d’Hibernie* A présent la chrétienté entière te clame :
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Ikos 1
A seize ans tu fus enlevé par des barbares* Tu devins esclave dans la verte Hibernie* Et ton cœur alors indifférent au salut* S’ouvrit soudain à la pure Grâce de Dieu* Tu passas six années en prières ferventes* Admiré par les saints du Ciel qui te chantèrent :
Réjouis-toi qui as compris enfant l’exil de notre vie
Réjouis-toi qui te revêtis de la prière zélée
Réjouis-toi qui pris dans le temps le chemin d’éternité
Réjouis-toi offrande pure et chaste de ta jeune vie
Réjouis-toi consécration précoce à l’unique salut
Réjouis-toi gloire incommensurable de la verte Erin
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
 
Kondakion 2
Vivant sans cesse dans le Ciel sur cette terre* Dans une vision un ange de Dieu parut* Qui t’annonça qu’un bateau t’attendait au port* Confiant dans les promesses de Son envoyé* Tu marchas longtemps et tu atteignis la mer* Et tu pus voguer vers le salut en disant : Alléluia !
 
Ikos 2
Lorsque tu débarquas tu dus marcher longtemps* Avec les païens qui composaient l’équipage* Et alors que les vivres vinrent à manquer* Un miracle les nourrit et les convertit* Par la puissance de ta prière au Seigneur* Vers Qui nous nous nous tournons pour te louer ainsi :
Réjouis-toi manifestation de l’approbation de Dieu
Réjouis-toi confiance inébranlable dans la Providence
Réjouis-toi abandon confiant à la volonté du Christ
Réjouis-toi effacement devant les décrets du Très Haut
Réjouis-toi acceptation volontaire du plan divin
Réjouis-toi thaumaturge par la puissance du Seigneur
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Kondakion 3
Or retourné chez toi tu fus encore ravi* Mais Dieu t’avertit que tu serais délivré* Tu sentis sur ton âme Sa sollicitude* Car Il avait pour Son Eglise des projets* Où ta ferveur et ta foi feraient des miracles* Il fit appel à toi et tu lui répondis : Alléluia !
 
Ikos 3
L’Esprit en toi intercédant pour l’Hibernie* Tu étais sans cesse appelé sur ses rivages* Et lorsque tes parents furent assassinés* Tu fus pris comme esclave mais la Providence* Te fit racheter en Gaule par des chrétiens* Tu devins moine à Saint Martin et nous disons :
Réjouis-toi prémisse du monachisme des pays celtes
Réjouis-toi au tombeau de Martin tu découvris la Vie
Réjouis-toi tu grandis spirituellement près d’un saint
Réjouis-toi par l’ascèse tu fus son disciple parfait
Réjouis-toi comme disciple tu as égalé le maître
Réjouis-toi tu fus comblé de grâces par le Seigneur Dieu
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Kondakion 4
Mais sans discontinuer les visions divines* Te demandaient de retourner vers l’Hibernie* Après quatre années tu quittas le monastère* Et traversant la mer tu parvins à Temair* Où tu voulais apporter le Saint Evangile* Priant jeûnant prêchant et chantant vers le Christ : Alléluia !
 
Ikos 4
Mais devant l’hostilité tu revins en Gaule* Où tu devins le disciple de Saint Germain* Et neuf ans tu vécus à l’île de Lérins* Te préparant par l’oraison à ta mission* Puis étant ordonné évêque pour l’Irlande* Tu partis en Erin où l’on te proclama :
Réjouis-toi qui devins disciple du hiérarque d’Auxerre
Réjouis-toi qui suivis ses pas sur le chemin de l’ascèse
Réjouis-toi qui partis vivre ensuite à l’île des saints moines
Réjouis-toi émule des pères orants dans leur refuge
Réjouis-toi appel de la prière pure irrésistible
Réjouis-toi réponse de sainteté à la vocation
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
 
 
Kondakion 5
Fort longtemps tu entendis dans ton âme pieuse* La voix suppliante des enfants de l’Erin* Qui te demandaient de venir les délivrer* Des ténèbres oppressantes du paganisme* Aussi lorsque tu arrivas sur l’île verte* Le chœur des hôtes célestes chanta vers Dieu : Alléluia !
 
Ikos 5
Armé de l’Evangile et de ta foi ardente* Tu dus affronter l’assemblée de tous les druides* Et tu prêchas devant les nobles et le peuple* Et par tes paroles de feu tu fis merveilles* Amenant des âmes nombreuses au Seigneur* Et les Apôtres chantèrent à l’un des leurs :
Réjouis-toi apôtre à la bouche d’or qui prêche la Vie
Réjouis-toi prédicateur qui montre la Voie du Salut
Réjouis-toi pasteur intrépide au sein des loups des païens
Réjouis-toi médecin de l’âme aux onguents spirituels
Réjouis-toi pilote expert qui mène vers le havre saint
Réjouis-toi guide accompli sur le chemin du Paradis
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Kondakion 6
Alors ce fut un ensemble de grands miracles* Qui sema sur la terre d’Irlande la foi* Délivrés à jamais des liens du paganisme* Les enfants d’Erin recevaient tous la Lumière* De celui qui autrefois était leur esclave* Et remerciant Dieu ils psalmodiaient vers le Ciel : Alléluia !
 
Ikos 6
Prédicateur intrépide au langage clair* Tu expliquas aux adorateurs du Malin* Les mystères subtils de la foi orthodoxe* Et prenant dans ta main sainte un trèfle à trois feuilles* Tu montras le symbole de la Trinité* Et les hôtes du Paradis te proclamèrent :
Réjouis-toi infatigable propagateur du Royaume
Réjouis-toi incarnation sainte des vertus d’éloquence
Réjouis-toi conviction adamantine de la foi droite
Réjouis-toi certitude enthousiaste de la Vérité
Réjouis-toi écho des merveilles à venir par ton verbe
Réjouis-toi vase précieux de la Sainte Trinité
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Kondakion 7
De temps en temps te retirant en solitaire* Tu t’adonnais à une ascèse très sévère* Préparant ton corps et ton âme pour la lutte* Et les combats à venir de l’Eglise Sainte* Tu ne ménageas ni ta peine ni ton temps* Psalmodiant sans cesse devant le Dieu d’Amour : Alléluia !
 
Ikos 7
Sur la montagne qui porte à présent ton nom* Comme le prophète Moïse au Sinaï* Tu demeuras quarante jours dans la prière* Intercédant sans cesse auprès du Dieu du Ciel* Pour le salut de tous les enfants de l’Irlande* Et rassemblés les saints des pays celtes disent :
Réjouis-toi qui connus souvent le face à Face avec Dieu
Réjouis-toi qui comme Jacob lutta avec le Très Haut
Réjouis-toi qui obtins de Lui nombreuses bénédictions
Réjouis-toi comme le prophète tu vécus la Présence
Réjouis-toi le salut de tes fils était ton seul souci
Réjouis-toi pasteur aimant des brebis logiques d’Erin
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Kondakion 8
Quand tu combattais par le jeûne et la prière* Un saint ange du Seigneur se manifesta* T’annonçant que ta fidélité et ton zèle* Avaient obtenu pour toi la faveur de Dieu* Et tel Moïse descendant du Sinaï* Tu remercias Dieu pour ton peuple en Lui disant : Alléluia !
 
Ikos 8
Du sud au nord tu fis disparaître la nuit* La chassant par la Lumière de l’Evangile* Et de nouvelles brebis vinrent s’agréger* Au saint troupeau racheté par le sang du Christ* Tu menas vers la Terre Promise par Dieu* Les âmes de tous ceux qui s’exclament vers toi :
Réjouis-toi toi qui eus le Christ sans cesse devant tes yeux purs
Réjouis-toi toi qui eus Dieu le Père dans ton cœur à jamais
Réjouis-toi toi qui eus l’Esprit pour toujours au bord de tes lèvres
Réjouis-toi qui fus sur la terre comme une église vive
Réjouis-toi qui fus un oratoire de la Trinité
Réjouis-toi qui fus un tabernacle de bénédictions
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Kondakion 9
Dans l’Hibernie débarrassée du paganisme* Tu fis fleurir dans l’Eglise le monachisme* Donnant toi-même l’exemple de ton ascèse* Et abritant la multitude en ta prière* Tu as suscité de nombreuses vocations* De moines et de moniales chantant vers dieu : Alléluia !
 
Ikos 9
Par ta prédication du Royaume du Christ* Tu inspiras Sainte Brigitte de Kildare* Qui devint moniale et fondas en Hibernie* Le premier monastère féminin de l’île* Et qui partages avec toi le patronage* De l’Irlande qui te chante du haut des cieux :
Réjouis-toi dissipation des ténèbres de l’ignorance
Réjouis-toi fondation de sainteté en terre d’Irlande
Réjouis-toi modèle de vie pour les filles de l’Erin
Réjouis-toi icône du Christ pour les fils de l’Hibernie
Réjouis-toi première borne sur la route de leur foi
Réjouis-toi luminaire qui reflète l’Autre Soleil
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Kondakion 10
Plus de trente ans tu combattis le bon combat* Donnant aux fidèles rassemblés par ton zèle* Des faveurs et des bénédictions du Seigneur* Manne céleste où tu puisais par ta prière* Et tu gardas pour toi la dure vie d’ascèse* Qui rompt le corps mais libère l’âme qui chante : Alléluia !
 
Ikos 10
Chaque jour tu chantais le psautier de David* Et par le signe saint de la Croix vénérable* Tu te biffais au monde pour l’Eternité* Prosterné devant le seul Dieu et le seul Roi* Dont tu fis à jamais l’intendant de ta vie* Et le chœur des élus du Royaume te clament :
Réjouis-toi ascèse incarnée de la prière sans fin
Réjouis-toi maîtrise impeccable du corps et de l’Esprit
Réjouis-toi sacrifice consenti pour le bien de l’âme
Réjouis-toi vision de l’avenir qui annule le monde
Réjouis-toi anticipation vécue du Royaume saint
Réjouis-toi élan de l’éphémère vers l’Eternité
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Kondakion 11
Apôtre infatigable de la Vérité* Allant visiter les paroisses d’Ultonie* Tu connus par révélation ta mort prochaine* Un ange te dit que tu mourrais en chemin* Tu achevas tes derniers devoirs de hiérarque * Dans un couvent de moniales qui psalmodiaient : Alléluia !
 
Ikos 11
Pendant ta visite à la perle d’Hibernie* Une lumière apparut dans le cimetière* Tu demandas à Brigitte d’interprêter* Et elle prédit qu’un saint y reposerait* Tu lui demandas de préparer ton linceul* Et les saints du Ciel entonnèrent tes louanges :
Réjouis-toi lutteur infatigable dans le bon combat
Réjouis-toi athlète victorieux des luttes sacrées
Réjouis-toi soldat infatigable de la sainte Grâce
Réjouis-toi stratège parvenu à l’ultime bataille
Réjouis-toi comme Syméon tu pus partir dans la paix
Réjouis-toi tes jours s’achèveront dans l’Eternité
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Kondakion 12
En ce jour fixé pour toi par la Providence* Tu t’étendis sur ta couche et dans l’oraison* Tu reçus les saints mystères de ton disciple* Puis tu bénis une ultime fois tes enfants* Avant de rejoindre la Lumière éternelle* Où les justes clament sans cesse vers Dieu : Alléluia !
 
Ikos 12
Lorsque l’on ensevelit ton corps précieux* Dans le linceul qu’avait tissé sainte Brigitte* On entendit les anges chanter pour ton âme* Et l’on sentit la bonne odeur du Paradis* Manifester ta faveur auprès du Seigneur* Et les élus du Ciel se mirent à chanter :
Réjouis-toi qui fus en même temps dans la terre et aux cieux
Réjouis-toi qui passas de la mort à la vie éternelle
Réjouis-toi qui poursuivis ton œuvre par l’intercession
Réjouis-toi recours des pécheurs dans la tourmente du monde
Réjouis-toi baume d’oraison sur les blessures des âmes
Réjouis-toi remède éprouvé qui manifeste la Grâce
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Kondakion 13
Tu fus enchaîné comme esclave par les hommes* Mais tu te libéras de ta captivité* En acceptant pour seul maître le Seigneur Christ* Tu acquis à grand prix la perle du salut* Et ta vie toute entière témoigne du Dieu* Vers Qui nous chantons avec toi à pleine voix : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! ( Ce Kondakion est répété trois fois !)
 
Ikos 1
A seize ans tu fus enlevé par des barbares* Tu devins esclave dans la verte Hibernie* Et ton cœur alors indifférent au salut* S’ouvrit soudain à la pure Grâce de Dieu* Tu passas six années en prières ferventes* Admiré par les saints du Ciel qui te chantèrent :
Réjouis-toi qui as compris enfant l’exil de notre vie
Réjouis-toi qui te revêtis de la prière zélée
Réjouis-toi qui pris dans le temps le chemin d’éternité
Réjouis-toi offrande pure et chaste de ta jeune vie
Réjouis-toi consécration précoce à l’unique salut
Réjouis-toi gloire incommensurable de la verte Erin
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
Kondakion 1
Au quatrième siècle de l’ère chrétienne* Tu naquis le seize des calendes d’Avril* D’un père diacre et fils d’un prêtre du Christ* Et d’une mère parente de Saint Martin* Illustre apôtre de la terre d’Hibernie* A présent la chrétienté entière te clame :
Réjouis-toi ô saint Patrick illuminateur de l’Irlande !
 
PRIERE A SAINT PATRICK
ILLUMINATEUR DE L’IRLANDE
 
Ô saint Patrick moine exemplaire* Hiérarque sans pareil et missionnaire insigne* Intercède pour nous auprès du Seigneur notre Dieu* Afin qu’il nous accorde par tes saintes prières devant Son Trône* D’imiter dans notre faible mesure les vertus chrétiennes* Dont tu fis preuve dans ta vie*
Qu’Il nous accorde une foi ardente et zélée* Pour que nous cheminions dans cette existence* Comme tu le fis avec le seul souci du salut en Christ* Qu’Il nous donne la fermeté et la fidélité* Dans l’observation des commandements* Et l’ascèse nécessaire pour parvenir au havre de paix*
Père saint d’une multitude de saints* Supplie-Le par la force de ton oraison bénie* De venir en aide à notre peu de foi* Et de nous permettre de marcher dans tes traces* Malgré notre indignité et notre médiocrité*
Saint bienheureux qui prêchas par l’exemple de ta vie* Sois notre guide et notre mentor* Dans le cheminement vers l’ultime destination* Où règnent le Père le Fils et le Saint Esprit* Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles*Amen !
 
Acathiste composé pour la gloire de Dieu
et de notre Père parmi les saints
Patrick Illuminateur de l’Irlande

 

 

LE CANON DE SAINT PATRICK

 

Saint Patrick est l'un des grands Saints de l’Eglise

 

Il est vénéré sous le nom "d'Illuminateur de l'Irlande" (387-465).

 

Il écrivit une très belle prière, sous le nom de "Canon de Saint Patrick" L'habitude s'est prise de la dire au début de la journée, il est utile de la dire au moment de partir en voyage, avant de rencontrer un ennemi du Christ, chaque fois qu'il y a lieu de penser que le diable est en train d'agir dans notre maison ou autour de nous.

 

Saint Patrick a composé cette hymne au temps de Loegaire Mac Neil. Tout homme qui la lira chaque jour en la méditant pieusement devant Dieu, les démons ne pourront se maintenir devant sa face. 

Cette prière lui sera une défense contre tout poison et envie, elle lui sera une sauvegarde contre la mort subite.

 

Elle sera une cuirasse pour son âme après la mort.

Saint Patrick chanta ce canon quand des embûches étaient dressées contre Lui par le roi Loegaire pour l'empêcher de semer la foi à Tara en Irlande. Ceux qui l'attendaient pour lui nuire crurent voir des daims avec, derrière eux, un faon. Voilà pourquoi la tradition celtique irlandaise nomme cette prière "Faed Fiada", c'est-à-dire "Cri du Daim".

 

La même tradition nous présente ce texte comme cuirasse de la foi, pour protéger le corps et l'âme contre les démons, et les hommes, et les vices.

 

 

 CANON DE SAINT PATRICK

 

Je me lève aujourd'hui

par une force puissante,

l'invocation de la Trinité,

la croyance à la Trinité,

la confession de l’Unité du Créateur du monde.

Je me lève aujourd'hui par

 

la force de la naissance du Christ et de Son Baptême,

la force de Sa Crucifixion et de Sa mise au tombeau, 

la force de Sa Résurrection et de Son Ascension,

la force de Sa Venue au jour du Jugement.

 

Je me lève aujourd'hui,

par la force des ordres des Chérubins,

dans l'obéissance des Anges,

dans le service des Archanges,

dans l'espoir de la Résurrection,

dans les prières des Patriarches,

dans les prédictions des Prophètes,

dans les prédications des Apôtres,

dans les fidélités des Confesseurs,

dans l'innocence des Vierges Saintes,

dans les actions des Hommes Justes.

 

Je me lève aujourd'hui

par la force du Ciel,

lumière du Ciel,

lumière du Soleil,

éclat de la Lune,

splendeur du Feu,

vitesse de l'éclair,

rapidité du vent,

profondeur de la mer,

stabilité de la terre,

solidité de la pierre.

 

Je me lève aujourd'hui,

par la force de Dieu pour me guider,

puissance de Dieu pour me soutenir,

intelligence de Dieu pour me conduire,

œil de Dieu pour regarder devant moi,

oreille de Dieu pour m'entendre

parole de Dieu pour parler pour moi,

main de Dieu pour me garder,

chemin de Dieu pour me précéder,

bouclier de Dieu pour me protéger,

armée de Dieu pour me sauver,

des filets des démons, 

des séductions des vices,

des inclinations de la nature,

de tous les hommes qui me désirent du mal,

de loin et de près,

dans la solitude et dans une multitude.

 

J'appelle aujourd'hui toutes ces forces

entre moi et le mal,

contre toute force cruelle impitoyable

qui attaque mon corps et mon âme,

contre les incantations des faux prophètes,

contre les lois noires du paganisme,

contre les lois fausses des hérétiques,

contre la puissance de l'idolâtrie,

contre les charmes des sorciers,

contre toute science qui souille

le corps et l'âme de l'homme.

 

Que le Christ me protège aujourd'hui

contre le poison, contre le feu,

contre la noyade, contre la blessure,

pour qu'il me vienne une foule de récompenses,

le Christ avec moi,

le Christ devant moi,

le Christ derrière moi,

le Christ en moi,

le Christ au-dessus de moi,

le Christ au-dessous de moi,

le Christ à ma droite,

le Christ à ma gauche,

le Christ en largeur,

le Christ en longueur,

le Christ en hauteur,

le Christ dans le cœur

de tout homme qui pense à moi,

le Christ dans tout œil qui me voit,

le Christ dans toute oreille qui m'écoute.

 

Je me lève aujourd'hui 

par une force puissante

l'invocation à la Trinité,

la croyance à la Trinité,

la confession de l'unité

du Créateur du monde.

 

Au Seigneur est le salut,

au Christ est le salut.

 

Que Ton salut Seigneur soit toujours avec nous.

Amin ! 

par une force puissante

l'invocation à la Trinité,

la croyance à la Trinité,

la confession de l'unité

du Créateur du monde.

 

Au Seigneur est le salut,

au Christ est le salut.

 

Que Ton salut Seigneur soit toujours avec nous.

Amin ! 

Cette prière lui sera une défense contre tout poison et envie, elle lui sera une sauvegarde contre la mort subite.

Elle sera une cuirasse pour son âme après la mort.

Saint Patrick chanta ce canon quand des embûches étaient dressées contre Lui par le roi Loegaire pour l'empêcher de semer la foi à Tara en Irlande. Ceux qui l'attendaient pour lui nuire crurent voir des daims avec, derrière eux, un faon. Voilà pourquoi la tradition celtique irlandaise nomme cette prière "Faed Fiada", c'est-à-dire "Cri du Daim".

 

La même tradition nous présente ce texte comme cuirasse de la foi, pour protéger le corps et l'âme contre les démons, et les hommes, et les vices.

 

                                                 Patrick__15093.1379462598.1000.1200.jpg

 

Fête de Saint Patrick le 17 mars

Tropaire :

Comme docteur et pasteur suprême, Saint Patrick, tu as montré le chemin qui mène vers la vie ; et, comme chef d’Eglise, tu as illuminé ta patrie ; l’ayant fait renaître par l’Esprit-Saint, tel un olivier au paradis spirituel, en Sainteté tu as fait croître tes enfants ; c’est pourquoi, te vénérant comme le compagnon des Apôtres et des Pontifes Saints, nous te prions d’intercéder auprès du Christ Dieu pour qu’il accorde à nos âmes la grâce du salut.

 

 

     ACATHISTE A LA TRÉS SAINTE MERE DE DIEU

                ANNONCIATION.jpg
 

 

 

« Qui est Celle-ci qui surgit Comme l’aurore, belle comme l’astre lunai­re, resplendissante com­me le soleil, redoutable comme des bataillons ? »

Cant. des Cant. 6 : 10

 

Acathiste en usage à

LA PAROISSE DE L'ANNONCIATION DE LA MERE DE DIEU

et SAINT VINCENT DE CAPESTANG

 

PRIERES INITIALES

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amin.

 

Gloire à Toi notre Dieu, gloire à Toi.

 

Roi du ciel, Consolateur, Esprit de Vérité, Toi qui es partout présent et qui remplis tout, trésor des biens et donateur de vie, viens et demeure en nous, purifie-nous de toute souillure et sauve nos âmes, Toi qui es bonté. (ne se dit pas de Pâques à Pentecôte)

 

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. (3x)

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit ; maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amin.

 

Très Sainte Trinité, aie pitié de nous

Seigneur, remets nos péchés 

Maître, pardonne nos iniquités

Saint visite-nous et guéris nos infirmités

à cause de  Ton Nom 

 

Kyrie eleison, Kyrie eleison, Kyrie eleison.

 

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit ; maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amin

 

Notre Père qui es aux cieux, que Ton Nom soit sanctifié, que Ton règne arrive, que Ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel, donne-nous aujourd’hui notre pain suressentiel, remets-nous nos dettes, comme nous remettons à nos débiteurs, et ne nous soumets pas à l’épreuve, mais délivre-nous du Malin. Amin.

Kyrie eleison. (12 x)

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit ; maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amin.

 

Venez, adorons et prosternons-nous devant le Roi notre Dieu.

Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ, le Roi notre Dieu.

Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ Lui-même, notre Roi et notre Dieu.

 

PSAUME 50

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, selon Ta grande miséricorde, et dans Ton immense compassion, efface mon péché. Lave-moi de plus en plus de mon iniquité, et de mon péché, purifie-moi. Car je connais mon iniquité, et mon péché est constamment devant moi. Contre Toi seul, j’ai péché, et j’ai fait le mal sous tes yeux. Ainsi Tu seras trouvé juste en Tes paroles, et Tu seras vainqueur quand on Te jugera. Vois : dans l’iniquité, j’ai été conçu et dans les péchés ma mère m’a enfanté. Mais Tu aimes la vérité : Tu m’as révélé les mystères et les secrets de Ta sagesse. Tu m’aspergeras avec l’hysope et je serai purifié, Tu me laveras et je deviendrai plus blanc que la neige. Tu me feras entendre des paroles de joie et d’allégresse, et ils exulteront, les os humiliés. Détourne Ta face de mes péchés, efface toutes mes iniquités.

Crée en moi un cœur pur, ô Dieu. et renouvelle en ma poitrine un esprit droit. Ne me rejette pas loin de Ta face, et ne retire pas de moi Ton Esprit Saint. Rend-moi la joie de Ton salut, et fortifie-moi par l’Esprit Souverain. J’enseignerai Tes voies aux pécheurs et les impies reviendront vers Toi. Délivre-moi du sang, ô Dieu, Dieu de mon salut, et ma langue exultera pour Ta justice. Seigneur, ouvre mes lèvres et ma bouche annoncera Ta louange. Si Tu avais voulu un sacrifice, je Te l’aurais offert, mais Tu ne prends aucun plaisir aux holocaustes. Le sacrifice qui convient à Dieu, c’est un esprit brisé, un cœur broyé et humilié, Dieu ne le méprise point. Accorde Tes bienfaits à Sion dans Ta bienveillance, Seigneur, et que soient relevés les murs de Jérusalem. Alors Tu prendras plaisir au sacrifice de justice, à l’oblation et aux holocaustes, alors on offrira de jeunes taureaux sur Ton Autel.

 

CREDO

 

Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre, et de tout ce qui est visible et invisible.

Et en un seul Seigneur, Jésus Christ, Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles, Lumière de Lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel au Père, par Qui tout a été fait. Qui, pour nous hommes et pour notre salut, est descendu des Cieux, S’est incarné du Saint-Esprit et de Marie la Vierge et S’est fait homme. Il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate, a souffert et a été enseveli et Il est ressuscité le troisième jour selon les Ecritures. Et Il est monté au Ciel et siège à la droite du Père et Il reviendra en gloire juger les vivants et les morts, Son règne n’aura point de fin.

Et en l’Esprit Saint, Seigneur, Créateur de la Vie, Qui procède du Père, Qui est adoré et glorifié avec le Père et le Fils, Qui a parlé par les Prophètes.

Et en l’Eglise, Une, Sainte, Catholique et Apostolique.

Je confesse un seul Baptême en rémission des péchés. J’attends la Résurrection des morts et la Vie du Siècle à venir. Amin.

 

KONDAK 1

 

A Toi le suprême Stratège, le prix de la victoire. Moi, ta ville libérée des dangers, je t’offre l’action de grâce, ô Mère de Dieu. Toi dont la force est invincible, délivre-moi de tout péril, moi qui t’acclame en criant : « Salut Epouse inépousée ! »

IKOS I

L’Ange Protostate, envoyé du haut des cieux, pour dire à la Mère de Dieu « Réjouis-toi », s’arrêta interdit, en Te voyant, Seigneur, prendre chair. Et, de sa voix incorporelle, il lui clama

RÉJOUIS-TOI !

Par toi, la joie va resplendir,

Réjouis-toi !

Par toi, la malédiction va finir.

Réjouis-toi !

Par toi, Adam déchu  va  être rappelé,

Réjouis-toi !

Par toi, Eve,  de ses  larmes  va être délivrée.

Réjouis-toi !

Cime inaccessible  à la  raison  humaine,

Réjouis-toi !

Profondeur insondable pour les yeux mêmes des  anges.

Réjouis-toi !

Cathèdre du Roi

Réjouis-toi !

Porteuse du Tout-Puissant.

Réjouis-toi !

Etoile qui  annonces  le Soleil,

Réjouis-toi !

Sein de l’Incarnation divine.

Réjouis-toi !

Par toi, la création est renouvelée,

Réjouis-toi   !

Par toi, le Créateur est enfanté.

REJOUIS-TOI, EPOUSE INEPOUSEE !

 

KONDAK II

La Sainte, qui se sait pure, dit avec assurance à  Gabriel : « Tes paroles étranges sont, pour mon âme, difficiles à comprendre. Car, sans semence, comment peux-tu parler de conception, d’enfantement et t’écrier :

ALLELUIA

IKOS II

Voulant connaître l’inconnaissable, la Vierge dit hardiment au messager « Comment, d’un sein innocent, un fils peut-il naître ? Explique-toi ». Et l’ange, rempli de crainte, répondit :

Réjouis-toi !

Initiée au dessein ineffable,

Réjouis-toi !

Silence du Mystère de foi.

Réjouis-toi !

Commencement des merveilles du Christ,

Réjouis-toi !

Résumé de Ses dogmes.

Réjouis-toi !

Echelle céleste par où Dieu descendit,

Réjouis-toi !

Viaduc menant les hommes de la terre au ciel.

Réjouis-toi !

Merveille que chantent les anges,

Réjouis-toi !

Blessure que pleurent les démons.

Réjouis-toi !

Tu vas enfanter indiciblement la Lumière,

Réjouis-toi !

Tu n’en révéleras à personne le comment.

Réjouis-toi !

Tu  surpasses la science des sages,

Réjouis-toi !

Tu éclaires l’esprit des croyants.

REJOUIS-TOI, EPOUSE INEPOUSEE !

 

KONDAK III

Alors, la Puissance du Très-haut couvrit de Son ombre Celle qui devait concevoir sans époux. Son sein fécondé devint une prairie de délices, pour ceux qui veulent récolter le salut en chantant. :

ALLELUIA

IKOS III

Serrant Dieu dans son sein la Vierge s’en fut alors chez Elisabeth. L’enfant de celle-ci la reconnut à son salut. Il tressaillit de joie et chanta ainsi à la Mère de Dieu :

 

Réjouis-toi !

Sarment au bourgeon inflétrissable,

Réjouis-toi !

Terre du fruit inaltérable.

Réjouis-toi !

Tu cultives en toi le cultivateur ami de l’homme,

Réjouis-toi !

Tu plantes Celui qui plante la Vie.

Réjouis-toi !

Guéret aux innombrables miséricordes,

Réjouis-toi !

Table qui porte l’inépuisable pardon.

Réjouis-toi !

Tu fais refleurir le Jardin des délices,

Réjouis-toi !

Tu prépares à nos âmes un abri.

Réjouis-toi !

Encens agréé de la prière,

Réjouis-toi !

Pardon de l’univers entier.

Réjouis-toi !

Bienveillance de Dieu pour les hommes,

Réjouis-toi !

Confiance des mortels devant Dieu.

REJOUIS-TOI, EPOUSE INEPOUSEE !

 

KONDAK IV

Agité par la tempête intérieure du doute, le chaste Joseph fut troublé. Te sachant vierge, il te crut infidèle. Mais en apprenant, ô Très-Pure, que tu avais conçu par l’Esprit Saint, il s’écria :

ALLELUIA

 

IKOS IV

En entendant les anges chanter la venue du Christ dans la chair, les pâtres coururent à Lui, comme vers leur Pasteur. Ils virent l’Agneau sans tache paître sur le sein de Marie qu’ils chantèrent :

Réjouis-toi !

Mère de l’Agneau et Pasteur,

Réjouis-toi !

Bercail de brebis raisonnables.

Réjouis-toi !

Défense contre l’ennemi invisible,

Réjouis-toi !

Clé des portes du paradis.

Réjouis-toi !

Les cieux se réjouissent avec la terre,

Réjouis-toi !

La terre exulte avec les cieux

Réjouis-toi !

Bouche infatigable des Apôtres,

Réjouis-toi !

Force invincible des martyrs.

Réjouis-toi !

Appui indéfectible de la foi,

Réjouis-toi !

Signe éclatant de la Grâce.

Réjouis-toi !

Par toi, l’Enfer est dépouillé,

Réjouis-toi !

Par toi, nous  revêtons la gloire

REJOUIS-TOI, EPOUSE INEPOUSEE !

 

KONDAK V

Les Mages qui virent l’astre, furent par son éclat, conduits sur le chemin divin. L‘ayant pris pour flambeau, ils cherchèrent le Grand Roi et, parvenus à l’Inaccessible, ils chantèrent avec joie :

ALLELUIA

 

IKOS V

Les fils de la Chaldée virent, dans les bras de la Vierge, Celui qui forma l’homme de Ses mains. Sous l’aspect de l’esclave, ils reconnurent le Maître qu’ils s’empressèrent d’adorer en Lui offrant leurs présents. Et à la Toute-bénie ils clamèrent :

Réjouis-toi !

Mère de l’Astre sans déclin,

Réjouis-toi !

Aurore du Jour Mystique.

Réjouis-toi !

Tu éteins la fournaise du mensonge,

Réjouis-toi !

Tu illumines ceux qui adorent la Trinité.

Réjouis-toi !

Tu enlèves son empire au tyran inhumain,

Réjouis-toi !

Tu montres le Christ, Seigneur ami de l’homme.

Réjouis-toi !

Tu nous délivres du culte barbare,

Réjouis-toi !

Tu nous tires de nos oeuvres impies.

Réjouis-toi !

Tu abolis l’adoration du feu,

Réjouis-toi !

Tu éteins la flamme des passions.

Réjouis-toi !

Guide des fidèles dans la sagesse,

Réjouis-toi !

Joie de toutes les générations.

REJOUIS-TOI, EPOUSE INEPOUSEE !

 

KONDAK VI

Devenus prédicateurs théophores, les Mages retournèrent à Babylone. Ils y accomplirent Ton oracle et Te prêchèrent à tous, ô Christ, laissant Hérode l’insensé qui ne sut pas chanter :

ALLELUIA

 

IKOS VI

Tu as fait luire en Egypte, la lumière de Ta Vérité et chassé les ténèbres du mensonge. Devant Ta puissance, ô Sauveur, les idoles s’écroulèrent et les délivrés crièrent à la Mère de Dieu :

Réjouis-toi !

Redressement des hommes,

Réjouis-toi !

Chute des démons.

Réjouis-toi !

Tu as foulé  l’artifice de l’imposture,

Réjouis-toi !

Tu as dénoncé  la  ruse de l’idolâtrie.

Réjouis-toi !

Mer qui engloutis le  Pharaon  spirituel,

Réjouis-toi !

Rocher qui abreuvas les assoiffés de Vie.

Réjouis-toi !

Colonne de feu de ceux qui sont dans les ténèbres,

Réjouis-toi !

Abri du monde plus vaste que la nuée.

Réjouis-toi !

Nourriture qui remplace la manne,

Réjoui-toi !

Servante du  festin sacré.

Réjouis-toi !

Terre de  la  Promesse,

Réjouis-toi !

De toi, coulent le lait et le miel.

REJOUIS-TOI, EPOUSE INEPOUSEE !

 

KONDAK VII

Sur le point de quitter ce monde illusoire, Syméon Te reçut, nourrisson, dans ses bras. Il reconnut en Toi, le Dieu parfait et, tout rempli de Ton ineffable  sagesse, il s’écria :

ALLELUIA

IKOS VIII

Le Verbe infini est apparu tout entier ici-bas sans quitter les cieux. Dans Son abaissement divin, et sans changer de lieu, II s’est fait l’enfant de la Vierge divine qui entendit ces paroles :

Réjouis-toi !

Demeure du Dieu incontenable,

Réjouis-toi !

Porte du Mystère sacré.

Réjouis-toi !

Sujet de doute pour l’infidèle,

Réjouis-toi !

Fierté incontestable pour  le croyant.

Réjouis-toi !

Char très saint de Celui qui  trône sur les Chérubins,

Réjouis-toi !

Palais royal de Celui qui repose sur les Séraphins.

Réjouis-toi !

Tu as  ramené les contraires  à l’unité.

Réjouis-toi !

Tu as uni  maternité et virginité.

Réjouis-toi !

Par toi, fut remise  la dette,

Réjouis-toi !

Par toi, le Paradis fut  réouvert.

Réjouis-toi !

Clé du  Royaume du Christ,

Réjouis-toi !

Espoir des  biens  éternels,

REJOUIS-TOI, ÉPOUSE INEPOUSEE !

 

KONDAK IX

Toute la Nature angélique est émerveillée devant la grande œuvre de Ton Incarnation. Elle a vu, en effet, le Dieu Inaccessible, devenu homme accessible à tous, vivre avec nous, qui chantons :

ALLELUIA

 

IKOS IX

Les rhéteurs éloquents, ô Mère de Dieu, sont devant Toi muets, comme des poissons, incapables de dire comment tu as pu enfanter tout en restant vierge. Nous, admirant le Mystère, nous chantons avec foi :

Réjouis-toi !

Ecrin de la sagesse de Dieu,

Réjouis-toi !

Trésor de Sa Providence.

Réjouis-toi !

Tu démontres la folie des philosophes,

Réjouis-toi !

Tu prouves l’ignorance des penseurs.

Réjouis-toi !

Les habiles disputeurs sont flétris,

Réjouis-toi !

Les créateurs de fables sont ternis.

Réjouis-toi !

Tu as défait les artifices des athéniens,

Réjouis-toi !

Tu as empli les filets des pécheurs.

Réjouis-toi !

Tu  tires du gouffre de l’ignorance,

Réjouis-toi !

Tu éclaires les âmes dans la foi.

Réjouis-toi !

Nacelle de ceux qui veulent le salut,

Réjouis-toi !

Havre de ceux qui voguent dans la vie.

REJOUIS-TOI, EPOUSE INEPOUSEE !

 

KONDAK X

Voulant sauver le monde, l’artiste du Cosmos est descendu librement vers lui. Pour nous, le Dieu et Pasteur s’est fait homme, semblable à nous, pour nous rappeler à Sa ressemblance. C’est pourquoi II entend ce chant :

ALLELUIA

IKOS XI

Nous voyons en la Vierge sainte, un flambeau lumineux éclairant les ténèbres. Elle a allumé la Lumière immatérielle et conduit tout homme dans la connaissance de Dieu. Aurore illuminant l’esprit, nous l’honorons par nos acclamations :

Réjouis-toi !

Rayon du Soleil spirituel,

Réjouis-toi !

Éclat de la Lumière sans déclin.

Réjouis-toi !

Éclair qui illumines les âmes,

Réjouis-toi !

Foudre qui terrifies l’ennemi.

Réjouis-toi !

De toi sort le Flambeau aux clartés innombrables,

Réjouis-toi !

De toi jaillit le fleuve impétueux.

Réjouis-toi !

Image des fonts vivifiants,

Réjouis-toi !

Laveuse des taches du péché.

Réjouis-toi !

Piscine où se purifie la conscience,

Réjouis-toi !

Coupe où déborde la joie.

Réjouis-toi !

Parfum suave du Christ,

Réjouis-toi !

Vie du festin mystique.

RÉJOUIS-TOI, ÉPOUSE INÉPOUSÉE !

 

KONDAK XII

Voulant remettre les dettes anciennes, Celui qui annule les dettes de tous, est venu librement chez  ceux qui s’étaient éloignés  de sa Grâce. Il a déchiré Sa créance et a entendu ce chant.

ALLELUIA

KONDAK XIII

O Mère, louée par-dessus tout, qui as enfanté le Verbe,  plus saint que  tous les saints : TRES SAINTE MERE DE DIEU, SAUVE-NOUS ! (3 fois)

Accueille notre offrande ; garde de tout péril et délivre des  tourments  à venir ceux qui te crient :

ALLELUIA

 

A Toi le suprême Stratège, le prix de la victoire. Moi, ta ville libérée des dangers, je t’offre l’action de grâce, ô Mère de Dieu. Toi dont la force est invincible, délivre-moi de tout péril, moi qui t’acclame en criant : « Salut Epouse inépousée ! »

L’Ange Protostate, envoyé du haut des cieux, pour dire à la Mère de Dieu « Réjouis-toi », s’arrêta interdit, en Te voyant, Seigneur, prendre chair. Et, de sa voix incorporelle, il lui clama

Réjouis-toi !

Par toi, la joie va resplendir,

Réjouis-toi !

Par toi, la malédiction va finir.

Réjouis-toi !

Par toi, Adam déchu  va  être rappelé,

Réjouis-toi !

Par toi, Eve,  de ses  larmes  va être délivrée.

Réjouis-toi !

Cime inaccessible  à la  raison  humaine,

Réjouis-toi !

Profondeur insondable pour les yeux mêmes des  anges.

Réjouis-toi !

Cathèdre du Roi

Réjouis-toi !

Porteuse du Tout-Puissant.

Réjouis-toi !

Etoile qui  annonces  le Soleil,

Réjouis-toi !

Sein de l’Incarnation divine.

Réjouis-toi !

Par toi, la création est renouvelée,

Réjouis-toi   !

Par toi, le Créateur est enfanté.

REJOUIS-TOI, EPOUSE INEPOUSEE

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit ; maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amin.

Kyrie eleison ! (3 x)

 

Par les prières de nos Pères Saints, Seigneur Jésus Christ notre Dieu, aie pitié de nous. Amin.

                                       

 

 

 

Acathiste au Vénérable
Séraphin de Sarov le Thaumaturge 

1458536_554136088004455_2143959572_n.jpg

KONDAKION 1

Thaumaturge élu et prodige plaisant au Christ,  pour nous prompt  secours et force de prière, vénérable Père Séraphin ! Magnifiant le Seigneur qui t'a glorifié, nous entonnons tes louanges. Et toi qui jouis d'une grande hardiesse devant le Seigneur, délivre-nous de tout malheur, nous qui te chantons : réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

IKOS 1

Le Créateur des Anges t'a élu dès l'origine afin que tu glorifies par ta vie le Nom très merveilleux de la sainte Trinité. Car tu es apparu en vérité un Ange sur terre et un Séraphin dans la chair : comme un rayon très lumineux du Soleil éternel, ta vie a resplendi. Et nous qui contemplons tes œuvres très louables, avec révérence et allégresse voici ce que nous te proclamons :

Réjouis-toi, règle de foi et de piété !
Réjouis-toi, image de douceur et d'humilité !
Réjouis-toi,  très glorieuse magnificence des fidèles !
Réjouis-toi, très douce consolation pour les affligés !
Réjouis-toi, louange aimante des moines !
Réjouis-toi, aide admirable pour ceux qui vivent dans le monde !
Réjouis-toi, gloire et défense de la souveraineté russe !
Réjouis-toi, ornement sacré du pays de Tambov !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

KONDAKION 2

Ta mère, en voyant ton amour ardent pour la vie monastique, ô Vénérable Père Séraphin, reconnut làla sainte volonté du Seigneur à ton égard; t'offrant en don parfait à Dieu, elle te bénit pour la voie étroite du monachisme avec sa propre croix, celle que tu portas sur ton sein jusqu'à la fin de ton existence, en signe de ton immense amour envers Celui qui fut crucifié pour nous, le Christ notre Dieu, auquel nous crions avec componction : alléluia !

IKOS 2

L'esprit céleste te fut donné, saint de Dieu et dès ta jeunesse ne cessant de songer au cieux, tu délaissas la maison paternelle pour le Royaume de Dieu et Sa Justice. C'est pourquoi tu reçois de nous ces louanges :

Réjouis-toi, enfant de Koursk élu par Dieu !
Réjouis-toi, rejeton très pur de parents pieux !
Réjouis-toi, héritier des bonnes œuvres  de ta mère !
Réjouis-toi, éduqué par elle dans la piété et la prière !
Réjouis-toi, béni pour l'exploit spirituel  par la croix maternelle !
Réjouis-toi, qui  as gardé cette bénédiction comme objet sacré jusqu'à la mort !
Réjouis-toi, qui as quitté la demeure paternelle pour l'amour du Seigneur !
Réjouis-toi, qui comptas pour rien toute la beauté de ce monde !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

 

KONDAKION 3

En vérité la Puissance du Très-Haut t'a protégé depuis ta prime jeunesse, ô Vénérable : le Seigneur t'a conservé sain et sauf lors de ta chute du toit d'une église, et la Souveraine de l'univers en personne t'est apparue lorsque tu souffrais cruellement, t'apportant des cieux la guérison, car dès l'enfance tu servais fidèlement Dieu, Lui clamant sans cesse : alléluia !

IKOS 3

Eprouvant de l'attirance pour l'exploit de la vie monastique semblable à celle des anges, tu t'es hâté vers la sainte cité de Kiev pour t'incliner devant  les vénérables Saints des Grottes, et ayant reçu des lèvres du Vénérable Dosithée l'ordre de diriger tes pas vers la Solitude de Sarov, tu as de loin embrassé avec foi ce saint lieu et une fois installé là, tu y achevas ton existence agréable à Dieu. Et nous, émerveillés d'une telle providence divine à ton égard, nous te clamons avec componction :

Réjouis-toi, qui t'es retranché de la vanité de ce monde !
Réjouis-toi, qui as ardemment désiré la patrie céleste !
Réjouis-toi, qui as aimé le Christ de tout de ton cœur !
Réjouis-toi, qui as pris sur toi le bon joug du Christ !
Réjouis-toi, qui  fus rempli de la parfaite obéissance !
Réjouis-toi, fidèle gardien des commandements du Seigneur !
Réjouis-toi, qui par la prière as établi en Dieu ton esprit et ton cœur !
Réjouis-toi, colonne inébranlable de la piété !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

 

KONDAKION 4

Calmant la tempête des tentations malines, tu as parcouru tout l'étroit et pénible chemin de l'exploit ascétique des moines, portant le fardeau de la vie solitaire, de la réclusion, du silence et des vigiles nocturnes et t'élevant ainsi, par la grâce de Dieu, de force en force, de l'action vers la contemplation divine, tu as pris demeure dans les Lieux Très-hauts, où tu chantes avec les anges : alléluia !

IKOS 4

En entendant et en voyant ta sainte vie, ô Vénérable Père Séraphin, tous tes frères furent émerveillés par toi et venant àtoi, reçurent l'enseignement de tes paroles et de tes exploits, glorifiant Dieu admirable dans Ses Saints. Et nous tous avec foi et amour te louons, ô Vénérable Père, et te clamons :

Réjouis-toi, qui t'es offert tout entier en sacrifice au Seigneur !
Réjouis-toi, qui as atteint la cime d'impassibilité !
Réjouis-toi, guerrier du Christ vainqueur !
Réjouis-toi, bon et fidèle serviteur du céleste maître de maison!
Réjouis-toi, notre irréprochable avocat devant le Seigneur !
Réjouis-toi, toi qui pries pour nous sans répit la Mère de Dieu !
Réjouis-toi, lys du désert au merveilleux parfum !
Réjouis-toi, récipient sans tache de la grâce divine !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

KONDAKION 5

La lumière divine illumina ta demeure, ô Vénérable, alors que tu gisais malade sur ton lit de mort,   lorsque la Très Pure Vierge vint elle-même à toi, en compagnie des apôtres Pierre et Jean, et dit :         « Celui-ci est de notre lignée » puis toucha ta tête. Aussitôt guéri, tu chantas avec gratitude au Seigneur : alléluia !

 

IKOS 5

L'ennemi du genre humain, voyant ta vie pure et sainte, Vénérable Séraphin, voulut te faire périr; il dressa contre toi des hommes       vils qui te tourmentèrent d'une façon inique et te laissèrent à demi-mort. Mais toi, Père saint, comme un doux agneau, tu souffris tout cela en priant le Seigneur pour ceux qui te malmenaient. Voilà pourquoi, émerveillés d'une telle innocence en toi, tous nous te chantons :

Réjouis-toi, qui imites dans ta douceur et ton humilité le Christ Dieu!
Réjouis-toi, qui as vaincu par ton innocence l'esprit de méchanceté !
Réjouis-toi, zélé gardien de la pureté de l'âme et du corps !
Réjouis-toi, ermite débordant des dons de la grâce !
Réjouis-toi, athlète doué de discernement que Dieu a glorifié !
Réjouis-toi, admirable précepteur des moines à la divine sagesse !
Réjouis-toi, louange et allégresse de l'Eglise !
Réjouis-toi, gloire et joyau de la communauté de Sarov !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

KONDAKION 6

La solitude de Sarov proclame tes ascèses et tes labeurs, ô théophore plaisant au Christ : tu as embaumé ses bosquets et ses forêts de ta prière, à l'exemple du divin Prophète Elie et du Baptiste Jean, et tu t'es révélé au désert comme l'épanouissement très fructueux des dons de l'Esprit Saint. Par Son action tu as accompli beaucoup de choses glorieuses, incitant les fidèles à chanter à Dieu donateur des biens : alléluia !

IKOS 6

En toi est apparu un nouveau visionnaire de Dieu, semblable à Moïse, bienheureux Séraphin : accomplissant sans faute le service de l'autel pour le Seigneur, il t'a été accordé de voir le Christ s'avançant dans le temple avec les puissances incorporelles. Nous émerveillant de cette bienveillance divine envers toi, nous te chantons :

Réjouis-toi, très glorieux visionnaire de Dieu !
Réjouis-toi, qui as été illuminé de la lumière au triple éclat !
Réjouis-toi, fidèle célébrant de la Très Sainte Trinité !
Réjouis-toi, demeure embellie de l'Esprit Saint !
Réjouis-toi, qui as dévisagé de tes yeux corporels le Christ en compagnie des Anges !
Réjouis-toi, qui dans ton corps terrestre as goûté par avance la saveur édénique !
Réjouis-toi, rassasié du Pain de vie !
Réjouis-toi, abreuvé de la boisson d'immortalité !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

KONDAKION 7

Le Seigneur ami de l'homme voulant manifester Son indicible miséricorde à l'égard du peuple, a révélé en toi un véritable luminaire de divine illumination : par tes actes et tes paroles, tu amenais chacun àla piété et l'amour de Dieu. C'est pourquoi, illuminés par l'éclat de tes exploits spirituels et nourris du pain de ton enseignement, nous te magnifions ardemment et chantons au Christ qui t'a glorifié : alléluia!

IKOS 7

Voyant en toi un nouvel élu de Dieu, les fidèles accouraient de loin vers toi dans leurs afflictions et leurs maux : et ceux qu'accablaient les malheurs tu ne les as pas repoussés, déversant les guérisons, donnant la consolation, intercédant dans tes prières. C'est pourquoi l'annonce de tes miracles s'est répandue sur toute le terre russe et tes enfants spirituels te glorifient ainsi :

Réjouis-toi, notre bon pasteur !
Réjouis-toi, Père compatissant et doux !
Réjouis-toi, notre prompt médecin plein de grâce !
Réjouis-toi, guérisseur miséricordieux de nos infirmités !
Réjouis-toi, prompt secours dans les malheurs et les nécessités !
Réjouis-toi, très suave pacificateur des âmes troublées !
Réjouis-toi, qui prévois les choses à venir comme si elles étaient présentes !
Réjouis-toi, accusateur plein de discernement des fautes cachées !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

KONDAKION 8

Nous voyons en toi un étrange miracle, ô Vénérable : car, alors que tu étais  déjà un vieillard infirme épuisé par les labeurs, tu as passé mille jours et nuits sur une pierre dans la prière. Qui serait capable d'énumérer les maux et les luttes, bienheureux Père, que tu as endurés, lorsque élevant tes mains bénies vers Dieu, tu vainquais l'Amalec spirituel et chantais au Seigneur : alléluia !

IKOS 8

« Tu es tout entier désir, tout entier douceur, très suave Jésus ! » Ainsi clamais-tu en prière, ô Père, dans ta tranquillité érémitique. Et nous, enténébrés par les choses vaines et menant toute notre existence dans le péché, louangeant ton amour pour le Seigneur, nos te chantons ainsi :

Réjouis-toi, moyen de salut pour ceux qui t'aiment et t'honorent !
Réjouis-toi, qui amène les pécheurs à se corriger !
Réjouis-toi, très admirable silencieux et reclus !
Réjouis-toi, ardent dans tes prières pour nous !
Réjouis-toi, qui révèles ton amour enflammé pour le Seigneur !
Réjouis-toi, qui consumes les traits ennemis par le feu de la prière !
Réjouis-toi, lampe inextinguible, qui brûle de prière dans le désert !
Réjouis-toi, luminaire qui flambe et illumine de tes dons spirituels !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

KONDAKION 9

Toute la nature angélique s'émerveilla de cette étrange vision : alors que l'Ancien se trouvait reclus, la Reine du ciel et de la terre lui apparut, lui enjoignant d'ouvrir sa clôture et de ne pas détourner le peuple orthodoxe de venir à lui mais d'enseigner à tous de chanter au Christ Dieu : alléluia !

IKOS 9

Les orateurs éloquents sont dans l'incapacité de décrire la force de ton amour, ô Bienheureux : car tu t'es offert toi-même au service      de tous ceux qui venaient à toi, accomplissant l'injonction de la Mère  de Dieu, et tu es devenu le bon conseiller de ceux qui ne doutaient pas,  le consolateur des découragés,  la douce réprimande  des égarés C'est pourquoi nous te chantons:

Réjouis-toi, qui du monde es venu t'installer dans la solitude pour acquérir les vertus !
Réjouis-toi, qui de la solitude es revenu au monastère pour semer les graines des vertus !
Réjouis-toi, illuminé par la grâce de l'Esprit Saint !
Réjouis-toi, père plein d'amour pour ceux qui, comme des enfants, accourent vers toi !
Réjouis-toi, qui leur donnes le courage et la consolation par tes paroles aimantes !
Réjouis-toi qui nommes ceux qui viennent à toi  “joie” et “trésor” !
Réjouis-toi, qui as reçu pour ton saint amour la joie du Royaume Céleste !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

 

KONDAKION 10

Tu as atteint la fin de ton ascèse salutaire, Vénérable, dans la prière à genoux, tu as remis ta sainte âme dans les mains de Dieu, elle que les anges saints ont transportée en haut au trône du Tout-Puissant, afin qu'avec tous les saints tu te tiennes dans la Gloire sans couchant et chantes l'hymne de louange au Verbe plus saint que les saints : alléluia !

IKOS 10

Rempart pour tous les saints et clôture pour les moines, la Très Sainte Vierge t'apparut avant ta fin, t'annonçant ton départ prochain vers Dieu. Et nous, émerveillés d'une telle visite de la Mère de Dieu, nous te chantons :

Réjouis-toi, qui as contemplé face à face la Reine du ciel et de la terre!
Réjouis-toi, dans l'allégresse de cette apparition de la Mère de Dieu !
Réjouis-toi, qui as reçu d'elle la nouvelle de ton transfert céleste !
Réjouis-toi, qui montres par ta juste fin la sainteté de ta vie !
Réjouis-toi, qui dans l'onction de la prière devant l'icône de la Mère de Dieu as remis ton esprit à Dieu !
Réjouis-toi, qui par ton trépas sans douleur as accompli tes prédictions !
Réjouis-toi, coiffé par le Tout-Puissant de la couronne d'immortalité !
Réjouis-toi, qui as hérité avec tous les Saints la béatitude paradisiaque !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

KONDAKION 11

Elevant ton chant incessant vers la Très Sainte Trinité, ô Vénérable, tu t'es révélé par toute ton existence un grand athlète de piété, le retour à la raison des égarés, la guérison des malades d'âme et de corps. Et nous, reconnaissants au Seigneur d'une telle miséricorde à notre égard, nous Lui chantons éternellement : alléluia !

IKOS 11

Etant de ton vivant un flambeau donateur de lumière, Père divinement bienheureux, après ta mort aussi tu as illuminé, comme un luminaire éclatant, le terre russe : car tu as répandu de tes précieuses reliques des flots de miracles sur ceux qui accourent àtoi avec foi et amour. C'est pourquoi nous te chantons, àtoi le thaumaturge ardent dans ta prière pour nous :

Réjouis-toi, glorifié par Dieu dans une multitude de miracles !
Réjouis-toi, qui as illuminé le monde entier de ton amour !
Réjouis-toi, fidèle adepte de l'amour du Christ !
Réjouis-toi, consolation de tous ceux qui implorent ton secours !
Réjouis-toi, source inextinguible de miracles !
Réjouis-toi, guérisseur des malades et des souffrants !
Réjouis-toi, puits inépuisable d'une eau aux multiples vertus curatrices !
Réjouis-toi, car tu as étreint de ton amour les confins de notre terre !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

KONDAKION 12

Voyant ta grâce et grande hardiesse devant Dieu, nous te prions, ô Vénérable : prie ardemment le Seigneur qu'Il garde Sa Sainte Eglise de l'incroyance et du schisme, des malheurs et des attaques, afin que nous chantions àDieu qui nous a par toi prodigué Ses bienfaits : alléluia !

 

IKOS 12

Chantant ta glorification, nous te proclamons bienheureux, ô Vénérable, toi dont la prière pour nous est puissante devant le Seigneur, notre consolateur et notre intercesseur, et nous te clamons avec amour :

Réjouis-toi, louange de l'Eglise Orthodoxe !
Réjouis-toi, bouclier et muraille de notre patrie !
Réjouis-toi, guide qui dirige chacun vers les cieux !
Réjouis-toi, notre défenseur et protecteur !
Réjouis-toi, qui as accompli nombre de miracles par la puissance divine !
Réjouis-toi, qui par ton manteau as guéri nombre de souffrants !
Réjouis-toi, qui as vaincu toutes les embûches diaboliques !
Réjouis-toi, qui as soumis les bêtes féroces par ta douceur !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

 

                      KONDAKION 13                             

Ô prodige qui a trouvé grâce, grand thaumaturge, Vénérable Père Séraphin, reçois de nous cette modeste oraison, prononcée à ta louange, et toi qui te tiens maintenant devant le trône du Roi des régnants, notre Seigneur Jésus Christ, prie pour nous tous, que nous obtenions Sa miséricorde au jour du Jugement, Lui chantant dans l'allégresse : alléluia ! (trois fois)

IKOS 1

Le Créateur des Anges t'a élu dès l'origine afin que tu glorifies par ta vie le Nom très merveilleux de la sainte Trinité. Car tu es apparu en vérité un Ange sur terre et un Séraphin dans la chair : comme un rayon très lumineux du Soleil éternel, ta vie a resplendi. Et nous qui contemplons tes œuvres très louables, avec révérence et allégresse voici ce que nous te proclamons :

Réjouis-toi, règle de foi et de piété !
Réjouis-toi, image de douceur et d'humilité !
Réjouis-toi,  très glorieuse magnificence des fidèles !
Réjouis-toi, très douce consolation pour les affligés !
Réjouis-toi, louange aimante des moines !
Réjouis-toi, aide admirable pour ceux qui vivent dans le monde !
Réjouis-toi, gloire et défense de la souveraineté russe !
Réjouis-toi, ornement sacré du pays de Tambov !
Réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

KONDAKION 1

Thaumaturge élu et prodige plaisant au Christ,  pour nous prompt  secours et force de prière, vénérable Père Séraphin ! Magnifiant le Seigneur qui t'a glorifié, nous entonnons tes louanges. Et toi qui jouis d'une grande hardiesse devant le Seigneur, délivre-nous de tout malheur, nous qui te chantons : réjouis-toi, Vénérable Séraphin, Thaumaturge de Sarov !

 

Première Prière au Vénérable Séraphin,

 Thaumaturge de Sarov.

                  croix-cimetiere.jpg

 

ACATHISTE  POUR LE REPOS ÉTERNEL DES DÉFUNTS



Selon certaines sources, cet hymne acathiste pour le repos éternel des défunts aurait été écrite en 1925 par le Métropolite Serge, futur patriarche de Moscou et de toutes les Russies. Le métropolite Serge, qui se trouvait alors en prison, avait été très impressionné par l'ampleur des événements tragiques dont il avait été le témoin la Première Guerre mondiale, la Révolution, la guerre civile et la persécution massive du clergé et des croyants.

Cette oeuvre est le fruit d'une réflexion à propos du destin de toutes les victimes innocentes de ces événements. Cet appel à la miséricorde de Dieu est l'effet d'une foi profonde en la puissance et l'efficacité de la prière de l'Église pour les défunts
.

 

 

KONDAKION 1


Seigneur, Toi qui selon des desseins dont les buts nous échappent, conçus le monde en vue de le mener à la gloire éternelle, Toi qui déterminas la cause et le moment de la mort de chacun des hommes, accorde à tous ceux qui, depuis le commencement des âges, se sont endormis en Toi, le pardon des péchés qu'ils ont commis en ce monde, ouvre pour eux tes bras paternels et accueille-les dans la lumière et la joie éternelles.

Et nous qui, en ce jour, faisons mémoire des disparus écoute-nous, nous qui Te chantons

Seigneur,
Dieu d'indicible amour.
Prends en pitié tes serviteurs défunts.

IKOS 1


Seigneur, après avoir épargné à Adam et à tout le genre humain l'anéantissement suprême, Tu envoyas ton Fils en ce monde et Lui, par sa Croix et sa Résurrection, il nous ouvrit une voie d'accès à la vie éternelle.
Nous avons foi, Seigneur, en ton infinie Miséricorde et nous attendons avec confiance le Royaume éternel de ta gloire pour nous-mêmes ainsi que pour ceux qui nous sont chers et qui, déjà, se sont endormis en Toi.
Et nous te prions : Donne, Seigneur, la joie aux âmes qui se sont épuisées dans les luttes sans fin de la vie et fais qu'elles oublient les peines et les afflictions qu'elles ont dû traverser.
Du haut de ta demeure, entends-les comme un Père bienveillant, écoute ses enfants et dis-leur : «Vos péchés VOUS sont remis.»
Reçois-les, Seigneur, dans ta demeure, pour qu'ils puissent y vivre heureux éternellement, partageant ta Gloire divine.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.

 

KONDAKION 2


Illuminé par l'esprit du Seigneur tout puissant, saint Macaire entendit un jour une voix qui sortait du crâne décharné d'un païen décédé depuis longtemps et qui lui disait «Lorsque vous priez pour ceux qui souffrent les tourments de l'Enfer, nous, les païens, ressentons un soulagement à nos souffrances.»
Quel prodige que cette puissance de la prière des Chrétiens qui porte la lumière même au sein de l'Hadès ! Tous, fidèles et infidèles, reçoivent consolation et soulagement lorsque nous clamons : Alléluia

 

IKOS 2


Isaac le Syrien a dit un jour : «Un homme au coeur compatissant prie à chaque instant de sa vie, avec instance et larmes, pour que les hommes, les animaux et tous les êtres qui se meuvent sur la terre soient protégés et purifiés.»

De cette même manière, nous tous, prions le Seigneur pour qu'il donne assistance à ceux qui se sont endormis et disons : «Accorde-nous, Seigneur, le don de la prière instante pour ceux qui ne sont plus ; prends pitié de ceux qui, malgré notre indignité, nous ont demandé d'intercéder pour eux, pardonne-leur tous les péchés qu'ils ont commis et pour lesquels ils ont oublié de Te demander pardon. Souviens-Toi, Seigneur, de ceux qui se sont endormis et qu'aucune prière n'a accompagné à leur ultime demeure. Ouvre-leur, Seigneur, les portes de ton Royaume. Souviens-Toi aussi de ceux qui se sont éteints subitement de douleur ou de joie.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.

KONDAKION 3


Nous qui sommes responsables de tous les malheurs du monde, de la douloureuse frustration de ce qui n'a pas reçu le don de la parole, des maladies et des souffrances des enfants innocents, nous qui avons, par le péché des origines, détruit l'admirable harmonie de la création, à Toi, Seigneur Jésus Christ, le plus innocent de tous les martyrs, Toi le seul qui puisses pardonner à tous, nous osons dire :
Seigneur, remets au monde ses péchés, rends à la création son harmonie initiale afin que les hommes, les vivants comme les morts puissent y participer en Te clamant : Alléluia

IKOS 3


Seigneur, notre Dieu, douce lumière, Rédempteur du monde, Dieu d'ineffable amour qui enveloppe l'univers, nous entendons dans notre coeur l'admirable prière que Tu adressas à ton Père du haut de la Croix, pour ceux qui t'avaient condamné : «Père, pardonne-leur.»

Et nous aussi, confiants dans la plénitude de ta miséricorde, nous osons dire : Père qui es aux cieux, accorde le repos éternel à tes adversaires et aux nôtres. Pardonne, Seigneur, à ceux qui ont versé le sang innocent, à ceux qui ont fait souffrir leur prochain durant leur vie, à ceux qui ont bâti leur prospérité en ce monde sur les malheurs et la souffrance des autres. Ne condamne pas ceux qui médisent de nous ou ceux qui nous calomnient, avantage ceux que nous avons lésés par inadvertance et fais que la prière que nous T'adressons soit pour eux tous un véritable sacrement de réconciliation avec Toi.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.

KONDAKION 4


Accorde, Seigneur, le salut éternel à tous ceux qui ont quitté cette vie dans la souffrance à ceux qui sont disparus de mort violente, assassinés, enterrés vivants, victimes d'accidents ou de catastrophes naturelles, noyés, brûlés, détruits, dévorés ; à ceux qui sont morts de privation, de faim, de soif, de misère.
A cause de leur fin douloureuse, donne-leur la joie éternelle en sorte qu'ils bénissent les souffrances qu'ils ont endurées comme une expiation de leurs péchés et qu'ils chantent Alléluia

IKOS 4


Accorde, Seigneur, une faveur particulière à ceux qui se sont endormis en Toi dans leur jeunesse, à ceux qui, durant leur vie, ont accepté leurs souffrances comme le Christ avait accepté sa Passion, ainsi qu'à ceux qui, dans leur vie sur cette terre, n'ont pas connu la joie.

Accorde, Seigneur, une faveur particulière à ceux qui ont quitté cette vie au bagne, épuisés par les travaux qu'ils étaient forcés d'accomplir.

Accueille Seigneur en ton Paradis, les vierges et les enfants innocents : donne-leur la joie de participer à ta Cène mystique.

Donne consolation, Seigneur, aux parents qui pleurent leurs enfants que Tu as rappelés à Toi ainsi qu'à ceux qui n'ont pas reçu la grâce de mettre des enfants au monde et qui n'ont personne dans leur proches pour prier pour eux. Et fais, Seigneur, que leurs péchés soient effacés par l'éclat de ta splendeur et l'abondance de ta Miséricorde.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.


KONDAKION 5



Tu nous envoies, Seigneur, des signes qui nous laissent entrevoir le terme de notre vie afin que nous puissions nous y préparer par le repentir et la pénitence.
Par ta grâce, la vanité des choses du monde apparent, les passions et les tourments s'apaisent, l'esprit insoumis comprend et accepte.

La Vérité éternelle se dévoile et les hommes, accablés par le poids de leurs fautes, ainsi que les incroyants confessent, au seuil de la mort, ton existence.

Et ils implorent ta grande miséricorde en clamant : Alléluia

 

IKOS 5


Seigneur, Père de toute consolation, Toi qui fis le soleil pour illuminer le monde, Toi qui nous donnes à satiété tous les fruits de la terre, Tu apportes à ceux qui T'aiment comme à ceux qui Te haïssent, la joie et l'espérance, par la douceur de tes paroles.
Nous croyons en effet que, par delà le tombeau, ta Miséricorde infinie accueille tous les pécheurs et même ceux qui sont abandonnés et rejetés par tous.
Notre coeur est dans la peine lorsque nous voyons les impies défier ta Sainteté par leurs sacrilèges abominables; cependant, Seigneur, sauve-les malgré tout en faisant descendre sur eux, par ta sainte Volonté, la plénitude de ta Miséricorde.
Accorde ton pardon, Seigneur, à ceux qui sont morts sans s'être repentis de leurs fautes. Souviens-Toi aussi de ceux qui, dans un moment d'inconscience, ont mis volontairement fin à leur jours. Fais que le brasier ardent de leurs fautes s'éteigne dans l'océan de ta Miséricorde.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.

KONDAKION 6


Les ténèbres dans lesquelles sont plongées les âmes éloignées de Dieu font frémir d'épouvante terribles sont les tourments, les remords, qui taraudent les consciences, les gémissements, les grincements de dents et les souffrances de ceux qui sont plongés dans les flammes éternelles de l'enfer.

Je tremble de connaître un tel destin et, comme je prierais pour moi-même, je prie pour ceux qui subissent les terribles tourments de l'Hadès.

Fais Seigneur que notre prière descende sur eux comme la rosée du matin descend sur la terre ; et nous Te chantons à pleine voix : Alléluia

IKOS 6

Ta lumière resplendit, ô Christ notre Dieu, sur tous ceux qui gisent dans les terrifiantes ténèbres de l'Enfer d'où ils ne peuvent T'appeler.

Mais Toi, Seigneur, qui, volontairement, descendis dans l'Hadès pour en briser les portes, libère tes enfants qui sont séparés de Toi par les fautes qu'ils ont commises mais qui, malgré leurs erreurs, ne T'ont pas renié. Parce que leurs souffrances sont immenses, prends pitié d'eux, Seigneur : certes leurs péchés sont sans nombre mais, nous le savons, ta Miséricorde est sans limite. Dispense donc cette miséricorde infinie à ces âmes misérables et réprouvées, séparées de Toi par la mort du péché.

Prends en pitié ceux qui, n'ayant pas connu ta vérité, ont persécuté ta sainte Eglise; que ton amour, Seigneur, change le feu qui les dévore en une fraîcheur de Paradis.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.

 

KONDAKION 7


Pour que nous puissions, nous, venir en aide à tes serviteurs défunts, aide-nous Toi-même, Seigneur, nous T'en prions. Éclaire-nous et, par des visions surnaturelles, montre-nous ce qu'il y a lieu de dire et de faire pour que les prières et les actes que nous ferons pour eux leur soient profitables.

Et nous Te clamons : Alléluia !

          IKOS 7


L' Église universelle du Christ notre Dieu élève sans cesse vers Toi, Seigneur, des prières et des supplications pour tous ceux qui se sont endormis en Toi et ont quitté cette terre. Tous les péchés du monde ont été rachetés et effacés par le Sang divin qui coula des saintes Plaies de la Passion.

La puissance des prières dites pour les défunts devant l'autel de Dieu, les font passer de la mort à la vie, de la terre au Ciel.

Fais, Seigneur, que les prières d'intercession que ton Église T'offre pour les défunts soient pour eux une sorte d'échelle leur permettant d'accéder aux Cieux. Prends-les en pitié, Seigneur, par l'intercession de la très sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie et de tous les saints. Pardonne-leur leurs fautes, Seigneur, par les prières et les supplications de tes fidèles qui, tout au long des jours et des nuits, T'implorent pour leur salut.

A cause des enfants innocents, prends pitié des parents; à cause des larmes des mamans, efface les fautes des enfants; par les prières et le sang des martyrs, pardonne aux pécheurs et prends-les en pitié. Accepte Seigneur que nos prières et nos supplications complètent à suffisance les bonnes actions faites durant leur vie par ceux que Tu as rappelés à Toi.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.


KONDAKION 8


Notre planète toute entière est en quelque sorte un immense tombeau sacré : partout y reposent les restes de nos pères et de nos frères qui ont peuplé ce monde depuis sa création.

Toi Seigneur, Toi l'Unique, Toi dont l'amour pour les hommes est immuable, Christ notre Dieu, nous T'en prions: Pardonne à tous ceux qui ont vécu sur cette terre depuis le commencement des âges et qui nous ont précédés dans la mort, afin qu'ils puissent dans le même élan d'amour Te chanter : Alléluia

 

IKOS 8


Lorsque brusquement, telle une flamme dévorante, se lèvera le jour solennel et redoutable du Jugement Dernier, les livres où se trouvent transcrites toutes les actions de notre vie seront ouverts et tous les secrets des hommes seront mis en lumière. «Soumettez-vous donc à Dieu» disait l'Apôtre Jacques, (Jacques 4/7), «Réconciliez-vous avec le feu redoutable !»

Accepte, Seigneur, que les prières et les intercessions des vivants puissent apporter à ceux qui se sont endormis, ce qu'il leur manque pour avoir accès à ton Royaume.
Fais, Seigneur, que le son des trompettes angéliques soit pour eux l'annonce de leur Salut et qu'à l'heure du Jugement, ils soient parmi ceux à qui il sera fait miséricorde.
Couronne de gloire, Seigneur, ceux qui, durant leur vie, ont enduré des souffrances à cause de ton Nom et comble par ta grâce les manquements de ceux qui, par faiblesse, ont commis le péché.
Seigneur, «Toi qui connais chacun par son nom» (Isaïe 40/26; 1 Rois 8/39), prends pitié des moines, des moniales, de tout le clergé et de leur famille.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.

KONDAKION 9


Bénissons le temps qui passe car chaque heure qui s'égrène, chaque instant qui s'écoule nous rapproche de notre éternité. Chaque peine nouvelle, chaque cheveu blanc est un message du monde à venir qui nous dit et redit que tout ce qui vit sur la terre est corruptible et éphémère.

Ces messages nous confirment en effet que tout ce que nous vivons sur la terre disparait sans retour mais qu'en revanche le Royaume des Cieux approche.

Ce Royaume éternel où il n'y a ni pleurs ni larmes mais où sans cesse résonne ce chant d'allégresse: Alléluia !

 

IKOS 9


Comme les arbres perdent leurs feuilles lorsque la saison s'achève, ainsi les jours de notre vie s'en vont avec le temps qui fuit.
L'usure nous atteint et, jour après jour, le flambeau de la joie s'amenuise en nous. Nos amis et nos proches s'en retournent à la terre. Où sont tous ceux qui, dans la joie, vivaient leur belle jeunesse ? Leurs restes mortels gardent le silence mais leur âme est entre tes Mains, Seigneur. Et nous imaginons ce que voient leurs yeux, eux qui déjà se trouvent dans le monde immatériel de la gloire divine. Seigneur, Tu es, Toi, ce soleil dont la splendeur inimaginable éclaire et réchauffe les lieux où reposent ceux qui se sont endormis. Que passe vite le temps de l'amère séparation: donne-nous, Seigneur, la joie de les revoir un jour en ton Royaume.

Fais, Seigneur, que nous soyons un en Toi (Jean 17,21). Rends, Seigneur, à ceux qui sont entrés dans l'éternité, la pureté de l'enfance et le charme de la jeunesse ; fais que leur vie dans l'au-delà soit pour eux la merveille d'une Pâque éternelle.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.


KONDAKION 10.


Tout en versant des larmes silencieuses sur la tombe de nos chers disparus, nous te prions pleins d'espérance : Seigneur notre Dieu, envoie une révélation surnaturelle qui nous rassurera sur leur Salut. Dis-nous que Tu leur a pardonné tous leurs péchés pour que nous puissions, dans l'allégresse, Te chanter : Alléluia

IKOS 10.


Lorsque par la pensée, je revois mon passé et parcours les chemins de ma vie, une foule d'êtres qui, depuis mes premières années jusqu'à présent, ont quitté cette terre, revivent en moi. Beaucoup d'entre eux furent bons pour moi et m'apportèrent du bien.

Je sens pour eux une profonde gratitude et je dis : À mes parents, à mes proches, à tous ceux qui ont veillé sur mon enfance et qui m'ont guidé dans la vie, accorde, Seigneur, le repos et la joie éternelles.

Glorifie-les, Seigneur, devant les anges saints, ceux-là qui m'ont appris ta parole de vérité, m'ont montré la voie du Salut, m'ont enseigné le bien par l'exemple d'une vie édifiante.

Adoucis, Seigneur, les souffrances de ceux qui, lors de mes jours de tristesse et de découragement, ne m'ont pas donné ce qui m'était nécessaire, qui ne m'ont pas, comme Tu le fis, Toi, jadis, aux Hébreux perdus dans le désert, dispensé la manne salvatrice.

Récompense, Seigneur, tous ceux qui, matériellement et spirituellement, m'ont fait du bien tout au long de ma vie.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.


KONDAKION 11


O mort, où est ton aiguillon (1 Cor. 15,45) ? Où est-il, ton sinistre cortège de peur et de ténèbres? Nous, nous t'attendons, nous t'espérons même, ô mort qui nous unira à Dieu ! Tu es devenue pour nous le repos sans fin, le septième jour mystérieux que le Seigneur s'octroya lorsque la Création fut achevée. «Je veux mourir pour être avec le Christ» s'est écrié un Apôtre. Et nous aussi qui savons la mort être le passage vers la vie éternelle, nous disons dans la joie et l'espérance: Alléluia

IKOS 11


Les morts ressusciteront, ceux qui sont dans les tombeaux se relèveront transfigurés et glorieux et ceux qui seront sur la terre exulteront de joie. Dans la vallée, les ossements desséchés attendaient la parole du Seigneur : «Voici que je vais faire venir en vous un esprit et vous vivrez. Je mettrai sur vous des nerfs, je ferai pousser sur vous de la chair, j'étendrai sur vous de la peau, je mettrai en vous un esprit et vous vivrez.» (Ezéchiel 37,5-6)


Relevez-vous donc, vous dont le temps est arrivé, vous dont les péchés ont été expiés par le Fils de Dieu, vous qui, par sa mort, avez retrouvé la vie, relevez-vous et que la toute puissante lumière de la Résurrection du Christ vous transfigure

Montre-leur, Seigneur, dès à présent, la plénitude de ta perfection, Toi qui brilles sur eux comme brille la lumière du soleil et la clarté de la lune, accorde-leur de voir les faces, bien plus lumineuses encore, de tes anges saints. Comme Tu leur a montré les merveilleux luminaires du Ciel, montre-leur aussi la lumière sans fin de ta divinité glorieuse.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.

KONDAKION 12


Notre nature humaine, notre chair et notre sang ne peuvent, tels quels, hériter du Royaume de Dieu ; aussi longtemps que nous vivrons dans notre chair, nous resterons séparés du Christ notre Dieu.

Toutefois, bien que nous retournerons au néant, nous revivrons pour l'éternité. Notre chair et notre sang, voués inévitablement à la destruction, ne pourront plus être anéantis, les mortels que nous sommes recevront l'immortalité afin qu'ils puissent, dans l'immuable lumière du Jour sans crépuscule, chanter sans fin : Alléluia

IKOS 12


Pleins de confiance en sa promesse, nous attendons le moment solennel et bienheureux où nous nous trouverons pour la première fois, face à face avec le Seigneur notre Dieu. Nous attendons la lumineuse aurore du Jour de la Résurrection, l'heure sublime et magnifique où tous nos parents, tous ceux qui nous furent proches, tous ceux que nous avons connus et qui nous ont connus, se relèveront de leurs tombeaux pour chanter avec nous un hymne de louange au Seigneur tout puissant. Nous attendons, pleins d'espérance, ce moment béni de la transfiguration de l'humanité et, d'avance, nous Te bénissons, Seigneur, Toi qui, un jour, nous créeras de nouveau pour une éternité de merveilles.
Seigneur notre Dieu, Toi qui créas le monde pour que la beauté et la joie y règnent sans partage, Toi qui nous fis sortir du néant du péché pour nous conduire vers la sainteté ; nous T'en prions, accorde à ceux qui se sont endormis en Toi, de vivre glorieux, dans une vie nouvelle; fais que tous les luminaires célestes resplendissent au jour de leur triomphe et que Toi, l'Agneau de Dieu, sois pour eux l'immuable Lumière du Jour sans crépuscule et sans fin.
À nous aussi, Seigneur, donne-nous de fêter avec eux l'éternelle Pâque de joie et réunis à jamais tous les humains, défunts et vivants, dans un bonheur sans fin.

Seigneur,
Dieu d'indicible amour,
prends en pitié tes serviteurs défunts.

 

KONDAKION 13


Seigneur notre Dieu, Père éternel et infiniment miséricordieux, Toi qui, pour le Salut du monde, envoyas ton Fils l'Unique aux âmes en détresse et répandis sur elles ton Esprit vivifiant, prends en pitié et accorde le Salut éternel à nos parents, à nos proches, à tous ceux qui se sont endormis en Toi, depuis le commencement des âges.

Par leur intercession, prends-nous aussi en pitié, visite-nous et réunis-nous à ceux que Tu as déjà accueillis afin que, ensemble, dans une joie sans mélange, nous Te chantions, à Toi Dieu Sauveur, ce chant de gloire et de triomphe : Alléluia

(N.B.: CE DERNIER KONDAKION EST DIT 3 FOIS.
ENSUITE ON REDIT L'IKOS 1 ET LE KONDAKION 1)

 

 

                                  

Canon  de la Mère de Dieu au pied  de la Croix                    

pour la Paix dans le Monde

STEMDDCROIX.jpg

kandila_3.gif

Se  célèbre en cas  de troubles, de disputes,  ou de  conflits  personnels,  et dans les périodes d’annonce (ou)  de guerre, de guerre civile, de cataclysme (tempête, tremblement de terre, raz de marée, épidémie).

 

Composé  en reconnaissance A Sa Sainteté le Patriarche Filaret de Kiev et de toute la Russ’Ukraine,  par le Métropolite Michel de Paris (Laroche) - Patriarcat de Kiev.

 

Ode I

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O Très Sainte Mère de Dieu qui au pied de la Croix arrosa la terre infertile de ce monde de Tes saintes larmes en  les mélangeant au Sang  répandu de Ton Fils Notre Seigneur Jésus Christ, Tu nous procures les fruits de la terre promise de la Vie. 

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O Très Sainte Mère de Dieu en pleurant  sur  Ton Enfant  descendu de la Croix, tu devançais les Myrophores  par l’onction de Tes larmes versées  sur le Saint Corps de ton Fils  et transformais en parfum d’agréables odeurs,  toutes les larmes des pécheurs repentants.

 

Gloire au Père,  au Fils et au Saint Esprit

 

 O Très Sainte Mère de Dieu Tu n’as pas uniquement versé des larmes sur Ton Fils mais prévoyant le salut universel de Son sacrifice volontaire, Tu as comme aux Noces de Cana  demandé à Jésus de transformer l’eau  de Tes larmes en ivresse du vin nouveau de Sa Résurrection.

 

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  Amin.

 

Théotokion

 

Souveraine Toute Sainte, Toi qui a mélangé sur la terre Tes larmes brulantes  au Sang versé par Ton Fils au pied   de Sa Croix :   Tes saintes et bienheureuses larmes brulantes   sont  zéon[1] de la Divine Oblation de Celui qui « s’offre et qui est offert »,   Toi qui est la « Ferveur de la foi remplie du Saint Esprit » !  Par Ses Saintes Souffrances unies aux Tiennes,  sauves Ton peuple qui  t’implore.

 

Ode II

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O Souveraine des Cieux  tu effaces nos soucis, nos préoccupations de ce monde, par Tes saintes larmes versées sur Ton Fils au pied de la Croix, et  Tu ne cesses de l’implorer   comme une avocate inlassable pour le salut de nos âmes.

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O Très Saintes Mère de Dieu en nous empressant vers Tes sainte larmes  comme à La Nouvelle Source de Vie, notre baptême est renouvelé  et nous sommes purifiés et par leurs  flots bienfaisant versés sur ton Fils et sur nous pour notre salut. 

 

Gloire au Père,  au Fils et au Saint Esprit

 

Viens Peuple Royal Orthodoxe accours  te désaltérer vers la Fontaines Miraculeuse des larmes de la Toute Sainte,  qui jaillissent  comme une nouvelle Siloé et  auprès de qui se trouve la guérison des causes désespérées pour tous ceux qui audacieusement y puisent.

 

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  Amin.

 

Théotokion

 

Très Sainte Mère de Dieu,  Tu deviens non seulement l’avocate insurpassable de ceux qui t’implorent,  mais Tu es la Mère de tous ceux qui espèrent en Toi. En voyant ton Monde sombrer dans le vice, la luxure, la volupté,  l’apostasie, l’athéisme, l’oublie de Dieu et les guerres entre frères, Tu pleures. Mais nous pécheurs un instant aveuglés   par les fausses lumières de ce monde, nous sommes   rebaptiser par  Tes saintes larmes et rendus par Ton intercession  à la Vrais Lumière qui est venu éclairer Monde. 

 

Ode III

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O Très Sainte Mère de Dieu, par Tes Saintes Souffrances aux pied de la Croix en pleurant le trépas de ton Fils unique,  tu étends ta maternité  à nous  tous  qui avons été acquis  à Ton Fils par Son sacrifice volontaire sur Sa Croix. O Notre Mère du Ciel sauves ton Monde.  

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

Comme des grappes de raisins  fraichement cueillies qui sont  versées dans la cuve du pressoir pour enrichir de leur saveur éternelle le vin  nouveau des Noces de l’Epoux, l’assemblée magnifique des  Martyrs qui ont brillé dans l’Eglise depuis le commencement de la Proclamation de l’Evangile se tient, O Très sainte Mère de Dieu  à tes côtés en pleurant  et mélangeant leurs larmes et leur sang   aux sueurs et au sang  de Celui qui promet à tous  la Résurrection.

 

Gloire au Père,  au Fils et au Saint Esprit

 

O Très Sainte Mère de Dieu, Mère de la Vie qui donne la vie, par tes larmes bienheureuse tu arrose ton monde pour y faire fleurir dans les âmes  de nous tous qui t’invoquons,  les fruit de la patience dans nos épreuves, de l’espérance  dans notre  désespoir,  et par dessus tout de la pureté dans notre impureté.

 

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  Amin.

 

Théotokion

 

L’Agnelle gémit au pied de la Croix en voyant l’Agneau innocent immolé s’écria : Toi qui donnes la Vie à ceux qui prennent Ta Vie, bénis  Ton Eglise et sauves  Ton monde.

 

Cathiste

 

O Mon Doux Jésus,  O mon Christ Eucharistique que je reçois à chaque Divine  Liturgie présent dans  Ton Corps et dans Ton Sang.    Tu me fais communier non seulement au Breuvage et à l’Aliment de mon salut, mais à Ton Sacrifice volontaire pour mes péchés. Donnes moi la grâce,  par les prière de Ta Sainte Mère qui se tient au pieds de ta Croix, le temps venu, de m’offrir à Toi comme Tu t’es offert pour  moi. 

 

Ode IV

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

 O Saints Martyrs vous qui vous tenez à côté de la Croix avec Jean le théologien auprès de l’agnelle en pleure, en échange de votre vie terrestre, vous avez choisi la Vie en Christ ;  en échange de la vie  éphémère vous avez trouvé la Vie éternelle. C’est pourquoi vous êtes l’ornement  de Celle qui verse des larmes sur la Vie qui offre Sa Vie. 

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O Très sainte Mère de Dieu tes larmes sont  un nouveau Jourdain mystique dans le quel les âmes  de tous ceux qui ont péché après leur baptême, s’immergent pour se libérer de la mort du péché et  y recevoir la grâce de la Résurrection. 

 

Gloire au Père,  au Fils et au Saint Esprit

 

O Très sainte Mère de Dieu auprès de la Croix tu es devenue pour l’Eglise Orthodoxe   la Source  du baptême des larmes. Le baptême des larmes,  proclament en chœur  Saint Grégoire le Théologien,  Saint Jean Climaque,  Saint Syméon le Nouveau Théologien et Saint Grégoire Palamas, est plus grand que le premier baptême  après  que les fidèles Orthodoxes aient reçus le premier baptême. Accordes-nous Très Sainte Mère de Dieu les larmes ardentes  du second baptême afin qu’il efface tous les péchés commis après le premier baptême.

 

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  Amin.

 

Théotokion

 

O Toi Mère de Dieu qui a versé au pied  de la Croix ;  en guise d’un  Myron mortuaire de grand prix,  Tes saintes larmes sur le Corps de Ton  Fils;   intercède pour les pécheurs que nous sommes, afin que par Tes divins sanglots, ils trouvent avec Toi, le troisième jour, le Christ Ressuscité et  la Joie de la Résurrection.

 

Ode V

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O Saints Martyrs  vous qui vous tenez avec l’Agnelle en larmes au pied de la Croix vous vous êtes offerts comme une nouvelle oblation à Celui qui est l’Oblation. Avec le Flagellé vous vous êtes laissé flageller. Avec le Souffleté vous vous êtes laissé souffleter. Avec Le Crucifié vous vous êtes laissé transpercer. Avec Celui qui est  couronné d’épines vous avez reçu au Ciel la couronne des martyrs. Avec celui qui a été déposé au tombeau, vous vous êtes laissé ensevelir. Avec le Ressuscité, vous avez reçu la promesse de la résurrection et  vous annoncez à tous Sa Résurrection.  Par vos prières et celles de la Très Sainte Mère de Dieu  qui se teint au pied de la croix que le Seigneur sauve Son monde.

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O Sainte Mère de Dieu  comment osons nous présenter devant  le Seigneur nos inutiles  bonnes actions, alors que  nous ne pardonnons pas à ceux qui nous ont fait du mal  (Mt VI, 12)  et nous nourrissons dans notre cœur envers eux  rancune et amertume.   Nous ne tendons pas l’autre joue (Mt V, 38-42) comme nous l’a enseigné ton Divin Fils, et nous avons oublié l’enseignement de Celui qui dit : « aimez vos ennemis » (Mt V, 43-48).  Nous désirons être pardonné de nos péchés par le Juste Juge  en oubliant que ce pardon n’est possible que si nous commençons par pardonner à notre persécuteur.  Nous accusons Dieu pour les guerres dans le monde, alors que nous sommes incapable de pardonner autour de nous et d’apporter la paix à notre adversaire. Très Sainte Mère de Dieu, accorde nous la paix de l’âme par le pardon à nos ennemis et la paix pour Ton Monde.

 

Gloire au Père,  au Fils et au Saint Esprit

 

O Très Sainte Mère de Dieu  chaque clou qui  transperçait la chair de Ton Fils fut comme un coup d’épée dans ta poitrine,  et le sang qui jaillissait des pieds et des mains de Ton Fils  se mélangeait sur la terre au torrent de larmes que Tu versais  en gémissant : Pourquoi O Mon Fils, Toi qui est la Vie immortelle  et l’auteur de la vie es-Tu suspendu sur la Croix ?  Pourquoi Te laisses tu mourir, Toi la Vie immortelle ? Pourquoi Te laisses-Tu déposer au tombeau Toi qui promet la résurrection à tous ceux qui sont dans les Tombeaux ?

 

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  Amin.

 

Théotokion

 

O Toute Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie qui te tiens auprès de la Croix en larmes prête  à recueillir, avec Jean, le Noble Joseph  et Nicodème,  le Divin Corps de Ton Fils comme l’ultime Oblation de Celui « qui offre et qui est offert qui reçoit et qui distribue »[2]. Accorde nous de devenir comme Toi, des réceptacles chastes de Son Corps et Son Sang très précieux, afin qu’Il repose en nous comme un nouveau Tombeau et que nous reposions en Lui comme dans Son Royaume avec le Bon Larron.

 

Ode VI

 

O Sainte Mère de Dieu toi qui es la Mère de Celui qui a dit : « Qui veut être mon disciple doit tout quitter, prendre chaque jour sa  croix et me suivre » (Mt X, 38-39 ; Mt XVI, 24 ; Lc XIV, 25-33 )  Tu  n’a pas une Croix différente de celle de Ton Fils. Lorsque qu’Il se laisse couronner d’épines, Ton front sublime est meurtri  de chagrin. Lorsque que Ton Fils  est souffleté, Toi la plus belle des femmes entre toutes les femmes, a le visage flétri par la tristesse.   Lorsque Ton Fils est transpercé, Ton âme et Ton cœur sont  transpercés par un glaive. Lorsqu’Il est déposé au tombeau, Tu étais comme ensevelie avec Lui. Saint Jean Damascène  parlait de Toi lorsqu’il s’écrie dans son divin Canon Pascal : «  Hier j’étais enseveli avec le Christ; aujourd’hui   je ressuscite avec   Lui ! » (Ode III, 3ème strophe)

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O Très Sainte Mère de Dieu, les douleurs de l’enfantement te sont reculées lorsque Tu vois Ton Fils Crucifiés sur la Croix. Tu offres au monde une première fois sans douleur Ton Fils Jésus Christ dans une humble crèche.  Tu offres une seconde fois au monde Ton Fils l’Agneau Innocent, sur Sa Croix  dans les douleurs et Tes saintes larmes. Comment osons nous présenter devant  le Seigneur nos inutiles  bonnes actions,   nous qui n’avons  pas  versé des torrents de larmes pour effacer nos innombrables péchés. 

 

Gloire au Père,  au Fils et au Saint Esprit

 

  Saint Grégoire le Théologien pensait à Toi Douce et tendre Mère de Dieu, en écrivant qu’il existe un baptême plus grand encore que le baptême du sang, qui pourtant ne peut être terni par aucun  péché. Ce sont Tes larmes saintes qui, telles un nouveau Myron embaumaient le Corps de ton Fils, annonçant le second baptême des larmes qui selon saint Syméon le Nouveau Théologien restaurent la grâce du premier baptême lorsque  celle-ci a été enseveli par le péché. Que par tes larmes versées sur Ton Fils et  sur nous au pied de la Croix, nous puissions nous aussi verser un torrent de larmes sur notre âme morte à cause du péché et la Ressusciter.

 

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  Amin.

 

Théotokion

 

O Très sainte Mère de Dieu, en contemplant mystiquement le Mystère des Saintes Souffrances de ton Fils notre Seigneur Jésus Christ  Fils et de Tes Saintes  souffrances,   la Nouvelle Lyre du Saint Esprit  Grégoire le Théologien  écrivait que si cela avait été possible tu aurais voulu mourir à la place de ton Fils. Saint Syméon le Nouveau Théologien écrit lui aussi que suivre le Christ ce n’est pas de vivre pour Lui, mais  c’est de mourir pour Lui. Donnes nous la grâce  de vivre véritablement l’exphonèse  que nous chantons chaque liturgie : « Offrons-nous nous-mêmes offrons nous les un les autres, offrons toute notre vie au christ notre Dieu. Amin »

 

Kondakion

 

O Jésus Tu te laisses suspendre sur la Croix  alors que le cosmos entier  est suspendu à Ton doigt divin. Permets nous, indignes, de communier à Ton Corps livré et à Ton sang versé, Toi l’Agneau innocent, afin que par cette Eucharistie nous recevions Ta grâce qui donne l’immortalité.

 

Ode VII

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O mon Doux Jésus, dans tes desseins insondables et mystérieux Tu t’es préparé avant tous les siècles à recevoir  l’oblation  des souffrances de Ta Mère au pied de Ta croix  comme une oblation supplémentaire à Tes saintes souffrance. Comme Mère, Marie au pied de la croix partageait tes Saintes Souffrances et ton agonie ;  comme Fils de la Vierge,  tu reçus les douleurs de ta Mère comme une offrande supplémentaire que tu apportais, unies aux tiennes, à Ton Père dans les Cieux. Par les Prière de la Très Sainte Mère de Dieu  qui se tient  au pied de  Ta Croix,  Sauves Ton Monde.

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O mon Doux Jésus Tu expires sur la Croix en poussant un grand cri. (Mt XXVII, 50 ; Mc XV, 37 ; Lc XXIII, 46).  Tu reçois comme la prière au dessus de la prière les cris silencieux de tes Martyrs qui offrent leur vie pour Toi,  comme tu as offert Ta Vie pour eux et pour nous. Donnes-nous  O mon doux  Jésus de pouvoir dire avec foi la petite exphonèse : «  Offrons nous nous mêmes,   offrons nous les un les autres,  offrons toute notre Vie au Christ notre Dieu. » Car nous   le confessons,   nous  pas encore commencé à t’offrir notre vie, O Vie Immortelle. Par les Prière de la Très Sainte Mère de Dieu  qui se tient  au pied de  Ta Croix,  Sauves Ton  Monde.

 

Gloire au Père,  au Fils et au Saint Esprit

 

O  Jésus Christ Très Doux et Miséricordieux,  en inspirant à Ton Apôtre de prédilection Paul cette parole énigmatique : « Je souffre pour tout ce qui manque à la Passion du Christ  pour Son Corps qui est l’Eglise» (Col. I, 24). Toi dont la Passion est parfaite, accomplie, et achevée, Tu as indiqué par cette parole que tu avais laissé, dans ton incommensurable économie, une place  dans Ta Chair blessée,  transpercée, souffletée, et couronnée d’épines, pour le sang versé de tous tes martyrs depuis Abel le juste jusqu’à la fin du monde, et pour   toutes  nos vies, nos épreuves  et nos  souffrances. Par les Prière de la Très Sainte Mère de Dieu  qui se tient  au pied de  Ta Croix,  Sauves Ton  Monde.

 

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.  Amin.

 

 Théotokion

 

Très Sainte Mère de Dieu,  Toi qui efface les douleurs de ceux qui crient vers Toi,   Toi qui renforces la foi des faibles et exalte celle des martyrs, donnes nous de prier comme Toi avec des flots de larmes, au pied de la Croix,  Ton Fils Notre Seigneur Dieu et Sauveur  Jésus Christ,  afin qu’Il sauve nos âme.

 

Ode VIII

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O notre douce Mère du Ciel,  la Mère de Dieu et toujours vierge Marie,  Toi qui mélange tes larmes aux nôtres au pied de Sa Croix pour intercéder auprès de ton Fils et Seigneur Jésus Christ dans les périodes de trouble et de guerre entre les Nations,  accorde à Ton Peuple Royal Orthodoxe qui t’implore, et que là où il y avaient  la discorde et la guerre, soit la cessation des conflits et que règnent  la  concorde et la  paix.  Nous t’implorons, fais cesser la guerre entre les Frères, que ne se renouvelle pas le péché de Caïn contre Abel, que le sacrifice volontaire du Nouvel Abel sur Sa croix éteignent la passions de Caïn, et que s’accomplisse Sa parole : « Je vous donne Ma Paix, non comme le monde la donne mais comme moi je vous la donne » (Jn XIV, 27).

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

 Les mères et les orphelins, les veuves et  les veufs se tiennent auprès  de Toi  Très Sainte Mère de Dieu lorsque tu versas des torrents de larmes après la descente de Sa Croix sur le Corps sans vie, de la Vie Ton Fils Notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus Christ. Ils t‘implorent : « Fais cesser la guerre entre les Frères, que ne se renouvelle pas le péché de Caïn contre Abel, que le sacrifice volontaire du Nouvel Abel sur Sa croix éteignent la passions de Caïn, et que s’accomplisse Sa parole : « Je vous donne Ma Paix, non comme le monde la donne mais comme moi je vous la donne » (Jn XIV, 27).

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

Très sainte Mère de Dieu la Terre tremble partout comme au moment où Ton Fils expira (Mt  XXVII, 51).  Il y a « des bruits de guerre et il y aura en divers lieux des tremblements de terre et des famines, se sont là le commencement des douleurs »» (Mt XXIV, 6- 7 et Mc XIII, 8))   «  Les nations sont contrent les nations, les Royaumes contre les royaumes  ». Notre Terre souffre les douleurs annonçant  La prochaine venue de Ton Fils. Nous Te supplions d’apaiser ces tribulations et que nous recouvrions la paix. Nous t’implorons,   fais cesser la guerre entre les Frères, que ne se renouvelle pas le péché de Caïn contre Abel, que le sacrifice volontaire du Nouvel Abel sur Sa Croix éteignent la passions de Caïn, et que s’accomplisse Sa parole : « Je vous donne Ma Paix, non comme le monde la donne mais comme moi je vous la donne » (Jn XIV, 27).

 

 ODE IX

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

O Très sainte Mère de Dieu Toi qui te  tient avec l’Apôtre Jean le Théologien auprès de la Croix, celui-ci fut trouvé digne  de recevoir avec  Toi ces paroles : « Femme voici ton fils »  « Voici ta Mère » (Jn  XIX, 25-27). Attestant que désormais tu deviens la Mère insurpassable de tous ceux qui ne prennent pas la fuite dans les épreuves  et acceptent  d’être à Tes côtés présent au pied de Ta Croix. Par les Prière de la Très Sainte Mère de Dieu  qui se teint  au pied de  Ta Croix,  Sauves Ton  Monde.

 

- Très Sainte Mère de Dieu  toi qui te tient au pied de la Croix, par Tes prières sauves nous.  

 

Très sainte Mère de Dieu comme aux Noces de Cana (Jn II, 1-11)  où à Ta demande Ton Fils  Notre Seigneur Jésus Christ, alors que son heure n’était pas  venue (Jn. II, 4),   transforma l’eau en vin ;   dans cette Nouvelle Cana, voici que l’heure étant venue Jésus répand sur la terre et  tous les hommes  le Vin Nouveau de Son  Sang  très précieux.   Ce ne sont plus des vases de terre qui reçoivent  le Vin Nouveau du Royaume, mais la terre elle même qui s’abreuve du Sang de l’Agneau afin  qu’après la malédiction (Gen. I, 17)   elle recouvre enfin la bénédiction. Par les Prière de la Très Sainte Mère de Dieu  qui se tient  au pied de  Ta Croix,  Sauves Ton  Monde.

 

Gloire au Père,  au Fils et au Saint Esprit

 

 « Ne passe pas en silence ! »  gémit l’Agnelle en voyant impassible Son Fils porter Sa Croix jusqu'au lieu du crâne. Le silence gagna  toute  la création qui retint son souffle devant le mystère incompréhensible de l’Auteur de la Vie se livrant à la mort  aux mains de ceux qu’Il avait créé. Le silence enveloppa comme d’un linceul les âmes de tous ceux qui accompagnaient le Christ au pied de Sa Croix. Le silence devenait un chant funèbre pour entourer Son âme dans  le silence de Sa descente dans l’Adhès. Les anges eux mêmes, eux qui n’avaient jamais connu de larmes, arrêtèrent un instant leurs hymnes incessants auprès de la Trinité, et dans une forme inouïe inconnue pour eux, ils gémissaient en silence, en admirant le Mystère incompréhensible de le Vie immortelle qui se laisse mourir  sur la Croix,  et  les larmes brûlantes et silencieuses de la Toute Sainte qui perdait la Vie qu’elle avait donnée. Par les prières de la Très sainte Mère de Dieu plonge notre âme dans le baptême du Silence. Par les Prière de la Très Sainte Mère de Dieu  qui se tient  au pied de  Ta Croix,  Sauves Ton  Monde.

 

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amin

 

 Théotokion

 

O Toi qui es plus vénérable que les chérubins et incomparablement plus glorieuse que les séraphims, qui sans tache enfanta Dieu le Verbe  permets que nous aussi nous t’exaltions par nos prières, nos odes et nos chants  et qu’audacieusement ils se mêlent à Tes saintes larmes   au Pied de la Croix. Amin.

 

 Théotokion

 

O Très Sainte Mère de Dieu qui te tient en larmes auprès de la croix et qui à l’Aube du troisième jour reçois la Joie de la résurrection,  accordes-nous  de mêler  nos voix à celles des anges et de la cohorte de tous les martyrs, des pontifes  et les ascètes qui sur la terre ont porté leur croix en suivant le Christ.  Introduits nous  à l’heure de notre mort, avec eux, dans la Liturgie éternelle.

 

   Triadikon

 

O Trinité Toute Sainte, invisible,  indivisible, immortelle, seule  digne d’adoration avec le  Père sans commencement, le  Fils coéternel, consubstantielle au Père, unique engendré du Père et  l’Esprit Saint qui procède éternellement du Père seul,   l’Esprit Consolateur, l’Esprit de Vérité.  O Dieu Unique en trois Hypostases, Tu reçois dans Ton sanctuaire inaccessible les prières  de notre Très douce avocate inlassable la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, celles des hiérarchies angéliques et de tous les saints depuis le commencement du monde. Par leurs prières Trinité Sainte sauves Ton monde.

 

Le célébrant donne ensuite à embrasser la Croix et l’Icône de la Mère de Dieu sur un pupitre.

[1] Le Zéon et l’eau chaude que le diacre (ou le prêtre)  après avoir fractionner le saint Corps du Christ, verse dans le calice dans lequel est  le Saint  Sang Eucharistique du Christ, après y avoir immergé un parcelle du Saint Corps ( sous la forme du Saint Pain de Vie consacré) en prononçant la parole : « Ferveur de la foi remplie de l’Esprit Saint » qui signifie que l’Esprit Saint repose dans le Fils présent dans Son Corps et dans son Sang très précieux.

[2] Prière secrète que dit le prêtre pendant l’hymne du Chérubikon.

 

 

 

Prière à la toute sainte et vivifiante Trinité


10157_414449695335103_834447209_n.jpg

Trinité toute sainte, consubstantielle majesté, Source de tout bien, que te

rendrons-nous pour tous tes bienfaits envers nous, qui étions d’indignes

pécheurs avant de rejoindre ta clarté, pour tout ce que Tu fais tous les jours

 en faveur de chacun de nous, et pour ce que Tu nous as préparé

dans le siècle à venir ?

 

Pour de tels bienfaits, de telles marques de tendresse, il convenait de te

rendre grâces non seulement par des mots, mais bien plutôt par des actes,

en observant et accomplissant tes commandements. Mais, nous avons

suivi nos passions et nos habitudes mauvaises, et nous sommes tombés,

depuis notre jeunesse, en d’innombrables fautes et iniquités. 

De ce fait, il était impossible aux indignes et souillés que nous sommes,

non seulement de paraître sans honte devant ta face au triple éclat, mais

même de prononcer ton Nom très saint, si Toi-même Tu n’avais jugé

bon de nous faire savoir que, si Tu aimes les purs et les justes,

Tu fais miséricorde aux pécheurs repentants et que Tu les reçois, dans

la tendresse de ton cœur. 

Du haut de ta sainte gloire, toute divine Trinité regarde donc vers nous

qui avons tant péché ; agrée en guise de bonnes œuvres notre volonté de

faire le bien ; accorde-nous un esprit de véritable conversion afin que,

détestant toute forme de péché, nous vivions dans la justice et la pureté

jusqu’à la fin de nos jours, faisant ta sainte volonté et glorifiant, par des

œuvres de bien et de pures pensées, ton Nom très doux et plein de majesté,

Père et Fils et saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles !

 

 

Prière pour toutes grâces reçues

 

Seigneur notre Dieu, Toi qui es plein d'amour et de compassion pour Tes serviteurs,reçois leurs prières de louange et de remerciement pour les grâces innombrablesque, dans Ton immense bonté, Tu as répandues sur la tête de Tes serviteurs N. et N.. Fais que, illuminés par Ton amour et fortifiés par Ta grâce, eux et nous, Tes indignes serviteurs, nous chantions Ta gloire tous les jours de notre vie; nous T'en prions,écoute-nous et aie pitié de nous.

 

 

ACATHISTE A SAINT VINCENT

 

                                                                                STVVINCENT.jpg

 

Kondakion 1

 

Ayant mené à son terme le bon combat* Invincible martyr tu reçus la couronne d’immortalité* Ne cesse jamais d’intercéder pour nos âmes* Afin que par tes prières nous soyons unis* Avec les brebis à la droite du Berger* Nous qui par ce chant louons ta sainte mémoire:

 

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-martyr Vincent!

 

Ikos 1

 

Tu naquis à Saragosse en terre d’Espagne* Fils illustre du Consul Agreste et d’Enole* Tu fus confié dès ton jeune âge à Saint Valère* Pour qu’il t’instruise dans la douce loi du Christ* Et nous clamons à la ferveur de ton jeune âge:

 

Réjouis-toi, Sentier fragile sur la Voie

Réjouis-toi, Disciple parfait dès l’enfance

Réjouis-toi, Surgeon du rameau de la Croix

Réjouis-toi, Rayon fort de l’Autre Soleil

Réjouis-toi, Aurore de la vie en Christ

Réjouis-toi, Vase d’élection du Dieu-Trine

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 2

 

Discernant saintement tes mérites cachés* Tu fus pour Saint Valère un bâton de vieillesse* Il s’appuya sur ton zèle à servir l’Église* Pour enseigner aux fidèles la Loi d’Amour* Marchant vers le Ciel en chantant: Alléluia!

 

 

 

Ikos 2

 

Ne ménageant ni tes peines ni tes efforts* Tu grandissais en sagesse et en sainteté* Alors il t’employa comme prédicateur* Et t’ordonna diacre dans l’Eglise de Dieu* Où nous te chantons à présent émerveillés:

 

Réjouis-toi, Digne parent de Saint Laurent

 

Réjouis-toi, Messager de l’Évangile

Réjouis-toi, Impeccable servant du Temple

Réjouis-toi, Offrande pure à l’Eternel

Réjouis-toi, Holocauste agréable à Dieu

Réjouis-toi, Modèle des diacres d’Église

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent

 

Kondakion 3

 

Lors Dacien s’en vint persécuter les chrétiens* Et après avoir cruellement torturé* Le troupeau sacré des brebis spirituelles* Se tourna vers le Pasteur Valère et vers toi* Tandis que vous clamiez vers Dieu: Alléluia!

 

Ikos 3

 

Il te fit confiner dans un cloaque immonde* Afin que la peur et les privations te brisent* Mais Dieu ne t’abandonna pas un seul instant* Et du Ciel te manda maintes consolations* Alors que près du Trône les martyrs disaient:

 

Réjouis-toi, Témoin placide de la foi

Réjouis-toi, Icône pure du Sauveur

Réjouis-toi, Phare de la gloire divine

Réjouis-toi, Prémices sur l’Autel de Dieu

Réjouis-toi, Incarnation de pure grâce

Réjouis-toi, Passerelle du Ciel sur terre

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 4

 

Lorsque vous parûtes devant le Tourmenteur* Il fut surpris par votre force et votre joie* Car malgré les supplices et les privations* Vos corps rayonnaient de la grâce du Seigneur* s’exclamant sans cesse vers Lui: Alléluia!

 

Ikos 4

 

Le recours à la prière vous affermit* Décuplant la fureur de l’inhumain tyran* Car il ne pouvait imaginer que le corps* Ne puisse anéantir la ferveur de l’esprit* Admirant ta fidélité nous te disons:

 

Réjouis-toi, Invocation du corps entier

Réjouis-toi, Élévation de l’âme en feu

Réjouis-toi, Vivant oratoire du Christ

Réjouis-toi, Creuset d’où jaillit la prière

Réjouis-toi, Temple vivant d’intercession

Réjouis-toi, Bel ostensoir de l’oraison

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 5

 

Valère ne pouvant à cause de son âge* Répondre aux vaines subtilités de l’impie* Te chargea de réfuter au Nom de l’Église* Les demandes ineptes du tyran Dacien* Tandis qu’en son cœur résonnait l’Alléluia!

 

Ikos 5

 

Devenu voix de l’Église tu refusas* D’adorer jamais les faux dieux de l’Empereur* Les sachant ouvrages vains de la main des hommes* Tu témoignas alors du Christ et du Royaume* Et les anges dans les cieux se mirent à dire:

 

Réjouis-toi, Héraut parfait de l’Absolu

Réjouis-toi, Confesseur de la Vérité

Réjouis-toi, Défenseur de l’Orthodoxie

Réjouis-toi, Reflet du mystère christique

Réjouis-toi, Témoin garant de notre foi

Réjouis-toi, Héros de l’ultime combat

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 6

 

Tes paroles furent une consolation* Pour les chrétiens qui assistaient à ton martyre* Elles provoquèrent la rage de Dacien* Qui ordonna qu’on te torture durement* Tandis que tu clamais vers Dieu: Alléluia!

 

Ikos 6

 

Ton corps fut soumis à des épreuves terribles* Tes membres furent disloqués par les bourreaux* Tandis que tu gardais un visage joyeux* Méprisant la douleur et ignorant les coups* Devant ton courage in¬signe nous te disons:

 

Réjouis-toi, Offrande sereine et totale

Réjouis-toi, Victime impeccable immolée 

Réjouis-toi, Oblation complète pour Dieu

Réjouis-toi, Don chaste sur l’Autel du Christ

Réjouis-toi, Victimaire en ton propre corps

Réjouis-toi, Brebis cheminant vers l’Agneau

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 7

 

Or les bourreaux étaient las de te tourmenter* Car tu te riais de leurs piètres inventions* Et dans leur esprit borné attaché au monde* Ils ne voyaient que ta douleur et non ta gloire* Et tu chantais vers le Très Haut: Alléluia!

 

Ikos 7

 

Chaque souffrance nouvelle qu’ils t’infligeaient* Devenait un joyau serti sur ta couronne* Espérant tirer de ton corps meurti des plaintes* Ils n’avaient en retour que louanges à Dieu* Et nous rendons hommage à ton courage ainsi:

 

Réjouis-toi, Cierge allumé devant l’Autel

Réjouis-toi, Courage des pusillanimes

Réjouis-toi, Fermeté de ceux qui vacillent

Réjouis-toi, Paix de ceux qui sont tourmentés

Réjouis-toi, Propitiation des cœurs purs

Réjouis-toi, Havre des naufragés du monde

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 8

 

Par un subtil raffinement de cruauté* Tu fus allongé sur un lit de feu ardent* Mais ton sang se répandant éteignit la flamme* Et pris de court le tyran te fit ramener* Dans ton cachot où tu chantas: Alléluia!

 

Ikos 8

 

Par la force de ton allégresse intérieure* Les tourments extérieurs disparurent soudain* Car le Christ t’insuffla une énergie nouvelle* Afin de parfaire ta victoire en Son Nom* Et nous joignant à Lui nous te louons ainsi:

 

Réjouis-toi, Exultation du Paradis

Réjouis-toi, Modèle de la joie parfaite

Réjouis-toi, Insigne enfant du Père Saint

Réjouis-toi, Ami de Son Fils Jésus-Christ

Réjouis-toi, Réceptacle du Saint Esprit

Réjouis-toi, Louange de la Trinité

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 9

 

Au cœur de la nuit ta geôle s’illumina* Le monde spirituel se manifesta* Les hôtes célestes vinrent te conforter* Emplissant ta prison de suaves fragrances* Et clamant avec toi vers Dieu: Alléluia!

 

Ikos 9

 

Les gardes émerveillés ouvrirent leurs yeux* Aux ineffables réalités du Royaume* Ils demandèrent sur le champ le saint baptême* Ils se joignirent aux brebis spirituelles* Et se mirent à proclamer tes saints exploits:

 

Réjouis-toi, Eclat de Lumière du Ciel

Réjouis-toi, Echo des merveilles céleste

Réjouis-toi, Miroir des vertus angéliques

Réjouis-toi, Ombre sur terre du Royaume

Réjouis-toi, Encens subtil de pureté

Réjouis-toi, Baptiste dans ton propre sang

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 10

 

Dacien prévenu des événements sacrés* Cherchait de nouveaux supplices à t’infliger* Tandis que les anges autour de ton saint corps* T’incitaient à venir auprès d’eux dans les cieux* Chantant vers le Dieu vivant: Alléluia!

 

Ikos 10

 

Par la douceur non plus Dacien ne te put vaincre* Car tu quittas bien¬tôt ta tunique de chair* Et tu rejoignis les cohortes des martyrs* Laissant le bourreau impuissant devant ta mort* Alors que les fidèles t’acclamaient ainsi:

 

Réjouis-toi, Vigne qui tôt donne son fruit

Réjouis-toi, Treille consacrée à l’Autel

Réjouis-toi, Souche dont le Christ est le tuteur

Réjouis-toi, Rameau d’où jaillit un sang pur

Réjouis-toi, Vrilles qui s’enroulent au Ciel

Réjouis-toi, Sarment greffé sur l’au-delà

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 11

 

Ton corps jeté en pâture aux bêtes sauvages* Fut protégé des bêtes de proie et des loups* Par un corbeau qui le défendit vaillamment* Déjouant ainsi l’impie dessein du tyran* Tandis que ton âme chantait: Alléluia!

 

Ikos 11

 

Car Dacien espérait que tes saintes reliques* Disparaîtraient de la sur¬face de la terre* Il pensait effacer jusques au souvenir* De la gloire que Dieu avait manifesté* Par ton martyre émerveillés nous te disons:

 

Réjouis-toi, Luminaire de notre Dieu

Réjouis-toi, Tribune de la Vérité

Réjouis-toi, Dédicace du Maître Saint

Réjouis-toi, Dilection dans l’Eternité

Réjouis-toi, Preuve pérenne de la Fo

Réjouis-toi, Témoin sacré du Paradis

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 12

 

Cousu dans la peau d’un bœuf et jeté en mer* Ton corps revenu à la surface de l’onde* Fut retrouvé et enchâssé dans une église* Une femme du nom de Ionique accomplit* Cet exploit en chantant vers Dieu: Alléluia!

 

Ikos 12

 

Tu souffris dans ta chair en contemplant le Christ* Vivant tu ne cédas pas au tyran impie* Après ta mort il voulut effacer ton corps* Pensant que la gloire de Dieu n’y survivrait* Mais tu traversa le temps et nous te disons:

 

Réjouis-toi, Châsse débordant de miracles

Réjouis-toi, Dispensateur des dons divins

Réjouis-toi, Cœur ouvert à notre détresse

Réjouis-toi, Réponse prompte à notre prière

Réjouis-toi, Bouclier puissant de la foi 

Réjouis-toi, Tabernacle rempli de grâces

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 13

 

Foulé par le tyran comme grappe au pressoir* Ton saint corps rejoignit les vignes du Royaume* Ton sang répandu sur la terre d’Espagne* Devint source de miracles et guérison* Pour ceux qui clament au Seigneur: Alléluia! (ce Kondakion est répété trois fois)

Ikos 1

 

Tu naquis à Saragosse en terre d’Espagne* Fils illustre du Consul Agreste et d’Enole* Tu fus confié dès ton jeune âge à Saint Valère* Pour qu’il t’instruise dans la douce loi du Christ* Et nous clamons à la ferveur de ton jeune âge:

 

Réjouis-toi, Sentier fragile sur la Voie

Réjouis-toi, Disciple parfait dès l’enfance

Réjouis-toi, Surgeon du rameau de la Croix

Réjouis-toi, Rayon fort de l’Autre Soleil

Réjouis-toi, Aurore de la vie en Christ

Réjouis-toi, Vase d’élection du Dieu Trine

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-Martyr Vincent!

 

Kondakion 1

 

Ayant mené à son terme le bon combat* Invincible martyr tu reçus la couronne d’immortalité* Ne cesse jamais d’intercéder pour nos âmes* Afin que par tes prières nous soyons unis* Avec les brebis à la droite du Berger* Nous qui par ce chant louons ta sainte mémoire:

 

Réjouis-toi, ô Saint Diacre-martyr Vincent!

 

PRIERE A SAINT VINCENT DIACRE-MARTYR DE VALENCIA

 

( Fête le 22 Janvier/ 4 Février)

O Saint martyr Vincent modèle des chrétiens* Et gloire immarcescible du chœur diaconal* Tu ne vécus dès ton jeune âge que pour Dieu* Toi qui supportas dans la joie pour Jésus-Christ* Les peines et les tourments du Tyran impie* Modèle de vertu Icône du Seigneur* Fais que par ton intercession auprès du Maître* Nous puissions imiter ton exemple insigne* Purifiant nos corps et nos âmes du péché* En met¬tant nos pas dans tes empreintes sacrées* Et lorsque viendra l’heure du dernier combat* Que par la grâce de tes prières pour nous* Le Seigneur nous accueille au sein du Paradis* Amen

+

TROPAIRE TON 4

 

O Saint Diacre-martyr Vincent par ton combat* Tu reçus la couronne d’immortalité* Tu nous as montré le chemin du Paradis* Mettant sur l’Autel de Sacrifice ta vie* En méprisant la vaine gloire de ce monde* Intercède auprès du Dieu de miséricorde* Afin qu’Il accorde à nos âmes le salut!

 

 

KONDAKION TON 2

 

Comme le fruit de la vigne ton corps pressé* Par les tourments et les tortures du tyran* Vit couler son sang comme le vin de l’Autel* Sacrifice agréable offert au Christ vainqueur* Sur la Sainte Table du Royaume Céleste* Prie-Le pour qu’Il daigne accorder à nous pécheurs* Sa miséricorde et le salut de nos âmes!

 

+

 

 ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
 12279180_789846151125918_7487637097088934132_n.jpg

Confiez-vous à nos prières

 

Les prêtres orthodoxes sont par essence des hommes de prière : ils ont choisi de donner leur vie au Christ. Ils prient pour tous les hommes sans distinction et pour le monde entier afin que Dieu donne Son Salut à tous et qu'Il donne au monde Ses grâces en abondances.

C'est une Tradition très ancienne pour les chrétiens orthodoxes de se recommander aux Hommes et aux Femmes de prières.

Dans la Paroisse de l'Annonciation de la Sainte Mère de Dieu et Saint Vincent de Saragosse située sur la commune de Capestang, cette Tradition est très vivante :  En effet, beaucoup de personnes (orthodoxes ou non) viennent nous demander de prier pour elles;  pour telle personne (en bonne santé, malade...en situation difficile...) ou défuntes...ou des prières pour telle situation qu'elles traversent. Les pères peuvent témoigner du nombre de ces demandes et de l'abondance des grâces qui sont accordées.

Le nombre important inscrits sur nos dyptiques paroissiales où sont consignées les noms et les demandes de prières de chacun et chacune en est le meilleur témoignage. 

Ainsi, beaucoup de personnes demandent de prier spécifiquement pour telle intention qui les préoccupe ; pour telle personne vivante ou pour la paix de tel défunt. 

 

Si vous souhaitez, vous aussi faire prier les pères, mais que vous ne savez pas "comment vous y prendre" ou "par où commencer, les informations qui suivent pourront vous aider et vous indiquer "la marche à suivre".

 

Il faut d'abord établir, sur des dyptiques, la liste des personnes pour lesquelles on souhaite prier.

 

LES DYPTIQUES QU'EST-CE-QUE C'EST ?

 

Le mot dyptique vient d'un mot grec signifiant : "Registre plié en deux". C'est sur ce "registre" que l'on inscrit le (-s) prénom (-s) des personnes pour lesquelles on veut faire prier ; que ces personnes soient vivantes, malades, en difficulté spirituelle ou temporelle... ou défuntes

 

Dans les paroisses et les monastères orthodoxes, les dyptiques se trouvent généralement à l'entrée de l'église, à l'endroit où l'on achète les cierges. 

 

Les dyptiques prennent habituellement la forme de feuillets, des petits carnets spéciaux ou de listes pré-imprimées sur lesquels les chrétiens orthodoxes notent le prénom des chrétiens orthodoxes pour lesquels ils veulent faire prier. 

 

Lors de la Divine Liturgie  ("Messe"), les dyptiques sont alors portés aux hiéromoines (moines-prêtres). Les noms des personnes sont alors mentionnés pendant la proscomédie (prières préparatoires durant lesquelles le Pain et le Vin eucharistiques sont préparés) et pendant la Liturgie Eucharistique. 

 

 

Dyptiques (à gauche pour les défunts et à droite pour les vivants)


COMMENT REMPLIR SES DYPTIQUES ET QU'Y INSCRIRE?

 

On y inscrit, à chaque ligne de l'imprimé, le prénom d'une personne orthodoxe vivante ou défunte. 

 

Si on rempli ses dyptiques à la main (et non par mail), il est important d'inscrire lisiblement le prénom de baptême de chaque personne et d'éviter les diminutifs ou les surnoms.

 

Exemple: 

 

VIVANTS:

Constantin

Ivan

Elisabeth

 

DÉFUNTS:

Anastasie

Michaël

Vladimir

 

Si la personne est moine/moniale/ diacre/ prêtre... on doit inscrire le prénom de la personne , avec sa fonction comme dans les exemples suivants:

 

Exemple: 

 

VIVANTS:

Moine Constantin

Prêtre Ivan

Moniale Elisabeth

 

DÉFUNTS:

Archiprêtre Georges

Evêque Anastase

Archimandrite Euloge

 

 

LES DYPTIQUES TEMPORAIRES ET PERMANENTS

 

On peut demander à ce que ses dyptiques soient "temporaires" ou "permanents". (merci de le signaler alors aux pères directement, par téléphone ou par mail)

 

Les dyptiques "temporaires" sont utilisés pour un dimanche.

 

Les dyptiques "permanents" sont confiés aux pères pour une durée plus longue: un mois, trois mois, un an). En ce cas, l'on fait une Offrande en rapport avec sa demande. 

 

En cas de demande de dyptiques permanents, merci d'indiquer aux pères (directement, par mail ou téléphone), la durée durant laquelle ils désirent confier leurs dyptiques aux moines.

 20160703_092103.jpg

ENVOYER SES DYPTIQUES PAR MAIL

OU PAR LA POSTE C'EST POSSIBLE !

 

A  la Paroisse, des imprimés sont à disposition des fidèles, sur lesquels on peut inscrire directement le nom des personnes. 

 

Cependant, si les personnes qui veulent faire prier sont éloignées de l'église, elle peuvent nous faire parvenir par mail ou par courrier une liste entre 1 et 20 prénoms de personnes pour lesquelles elles demandent aux pères de prier : 10 prénoms (maximum) de personnes vivantes et 10 prénoms (maximum) personnes de personnes défuntes. 

 

L'on peut également faire parvenir aux pères des intentions de prières par mail ou par courrier. Ils confirmerons votre demande.

 

Par Email: 

 

père_patrick@hotmail.fr

 

On joint alors une offrande par chèque à l'ordre de l'Association :

 

FRATERNITÉ ORTHODOXE DE L'ANNONCIATION - SAINT VINCENT DE CAPESTANG

 

L'offrande (voir l'explication plus bas) est à envoyer à l'adresse suivante :

 

FRATERNITÉ ORTHODOXE DE L'ANNONCIATION - SAINT VINCENT DE SARAGOSSE 7 RUE AUGUSTIN GAU  34310 CAPESTANG

 

Par courrier

1) Télécharger les dyptiques (cliquer sur le logo PDF ci-dessous) et les imprimer :

 logo pdf.jpg

 

Les remplir lisiblement puis nous les renvoyer avec votre Offrande à:  

 

FRATERNITÉ ORTHODOXE DE L'ANNONCIATION - SAINT VINCENT DE SARAGOSSE 7 RUE AUGUSTIN GAU  34310 CAPESTANG

saint esprit rouge.jpg


VOUS ÊTES CHRÉTIEN, MAIS PAS MEMBRE

DE L'ÉGLISE ORTHODOXE,

JE SOUHAITE FAIRE PRIER LES PERES

POUR UNE INTENTION OU UNE PERSONNE : 

 


Cela est-il possible? Comment cela se passe-t-il?

Chrétien, mais pas membre de l'Eglise Orthodoxe, je souhaite demander aux pères de prier pour une ou plusieurs personnes vivantes ou défuntes...ou à cette intention. 

 

Les pères prendront spirituellement en charge, dans leur prière personnelle à l'église, devant les saintes icônes, vos intentions de prières. Un cierge sera alors allumé à l'église, qui brûlera pendant la prière du père et pendant l'Office de la Divine Liturgie. 

 

Les prénoms ou les intentions qui sont confiés aux moines sont alors inscrits sur un registre. Le prêtre de la communauté prend alors spirituellement en charge les personnes et les intentions confiées.

 

 

pere encens.jpg

DYPTIQUES ET OFFRANDE


 Faire prier et aider la Paroisse

"Le juste a pitié et il donne" 
(Psaume 36)

 don.jpg

Lorsque les dyptiques sont remplis et confiés aux moines, il est d'usage de faire une offrande à cette occasion pour aider notre Paroisse. N'oublions pas que l’offrande qui accompagne une demande de prière, la célébration d'un Office ou d'un Mystère (ou sacrement) est l’expression de la gratitude d’une personne pour ce que l'Eglise lui donne. 

Ce geste matériel est d'une grande importance pour les prêtres qui ne vivent que de la générosité des personnes ( ils ne touchent aucune subvention de l'Etat, et ni de l'Eglise...): sans offrande, pas de paroisse...et sans paroisse, pas de prêtres...


Les offrandes permettent d'assurer la vie matérielle de la paroisse.... 

 

En Occident, on a trop souvent oublié l'importance et la beauté de l'offrande et du partage qui sont de véritables bénédictions pour l'âme de la personne qui soutien les amis de Dieu.

 

EXEMPLES ET INDICATIONS D'OFFRANDES

 

L'Offrande est faite selon ses moyens, son sens de l'Eglise et son désir de soutenir les prêtres. Comme nous l'avons dit plus haut, l'Offrande matérielle jointe à l'Offrande spirituelle honore devant Dieu les deux dimensions de l'Eglise : la dimension Divine dans la prière demandée et la dimension Terrestre par l'offrande matérielle qui permet aux prêtres et pour nos paroisses de vivre. 

 

En règle générale, pour un dyptique "classique", on fait une offrande entre 5 et 15 euros.

 

Pour des Dyptiques permanents (prise en charge des dyptiques pour une longue durée) par exemple, on fait une offrande :

 

- entre 20 et 60 euros pour un mois

- entre 80 et 150 euros pour trois mois

- entre 150 et plus pour un an

Les offrandes peuvent être adressées à l'Ordre de :

 

FRATERNITÉ ORTHODOXE DE L'ANNONCIATION - SAINT VINCENT DE SARAGOSSE       

 

et envoyé à l'adresse postale suivante :

 

7 RUE AUGUSTIN GAU 34310 CAPESTANG

 20160911_231253.jpg

 

D'AUTRES POSSIBILITÉS...
FAIRE CÉLÉBRER UN OFFICE PARTICULIER

 

L'occasion d'un anniversaire, d'un événement particulier (anniversaire de mariage, guérison d'une maladie, demande de grâce particulière), anniversaire de la mort d'un défunt...peut être l'occasion de faire célébrer un office. Merci de contacter le prêtre par courrier, par mail ou par téléphone (voir ci-dessous).

 

FAIRE BRÛLER UN OU PLUSIEURS CIERGES PAR LE PRÊTE

 

A votre demande, un ou plusieurs cierges peuvent être brûlés à l'église devant les icônes, avec des prières, selon vos intentions et les personnes qui vous sont confiées, pour 1 jour, 3 jours, 9 ou 30 jours Des cierges (à 1 ou 2 euros) sont à la vente à l'église.


Pour ce faire, merci de contacter le prêtre par courrier par mail ou par téléphone (voir ci-dessous):

 

POUR NOUS CONTACTER OU NOUS SOUTENIR : TOUTES NOS COORDONNÉES...

 

FRATERNITÉ ORTHODOXE DE L'ANNONCIATION - SAINT VINCENT DE SARAGOSSE

 7 RUE AUGUSTIN GAU - 34310 CAPESTANG

 

Email:

 

père_patrick@hotmail.fr

 

Téléphone:  06 16 75 25 69

 

Pour un versement ponctuel ou régulier:

 

Contacter notre Paroisse

 

Dieu vous bénisse pour votre générosité qui contribuera à la vie, la dignité et à la beauté de à Sa Maison.



24/11/2014

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres